Schalke cherche sa formule

  • A
  • A
Schalke cherche sa formule
Partagez sur :

Gelsenkirchen tremble. La visite du promu Sankt Pauli ce vendredi à la Veltins Arena en match avancé de la 11e journée de Bundesliga a tout du nouveau piège pour un vice-champion en plein marasme, englué dans la zone rouge. Félix Magath peine à trouver une solution au sein d'un effectif de Schalke pléthorique mais dépourvu d'automatismes... et qui n'a toujours pas engrangé la moindre victoire à domicile en championnat cette saison.

Gelsenkirchen tremble. La visite du promu Sankt Pauli ce vendredi à la Veltins Arena en match avancé de la 11e journée de Bundesliga a tout du nouveau piège pour un vice-champion en plein marasme, englué dans la zone rouge. Félix Magath peine à trouver une solution au sein d'un effectif de Schalke pléthorique mais dépourvu d'automatismes... et qui n'a toujours pas engrangé la moindre victoire à domicile en championnat cette saison. Berlin-Schalke, même combat ? En Allemagne, personne ne veut croire à une éventuelle descente des Royal Blues... Pas plus que les observateurs ne pouvaient envisager une relégation du club de la capitale la saison dernière. Le constat est pourtant là : avec six petits points en dix matches, le club de la Ruhr occupe la 17e et avant-dernière place de Bundesliga... Et moins d'un an après avoir vu le Hertha Berlin se débattre dans la zone rouge six mois après avoir occupé la tête du championnat puis laissé filer la Ligue des Champions à la dernière journée, voilà que le dauphin de mai se retrouve bien dépourvu l'automne venu... Avec 15 nouveaux joueurs pour 14 départs, et de gros investissements malgré une situation financière toujours obscure, Schalke a perdu les clés de sa réussite. Notamment au sein d'un secteur défensif sinistré. Finalement orphelin de Bordon, Rafinha ou Westermann, éléments majeurs du joli parcours de l'an passé, Magath enchaîne les tests et essais sans succès. L'ancien milieu de terrain de la Mannschaft, titulaire à Séville lors de la mémorable demi-finale France-Allemagne en 1982, a déjà usé dix arrière-gardes différentes et onze éléments tour à tour alignés depuis le début de saison. Le tout sans aucune assurance ni lendemain, une charnière tenant en moyenne deux matches avant d'être renvoyée au placard. Mardi contre Tel Aviv en Ligue des champions (0-0), le quatuor Uchida-Höwedes-Metzelder-Escudero a montré une énorme fébrilité et une lenteur préjudiciable, contraignant le gardien Manuel Neuer à sortir de nombreuses parades pour éviter une nouvelle faillite. "Nous pouvons remercier notre gardien. Neuer nous a sauvés d'une défaite et nous a épargné un point", avouait Félix Magath après la rencontre dans un constat qui en disait long sur les ambitions perdues de Schalke. Le portier de la Mannschaft est en effet l'une des trop rares satisfactions mais ne peut faire de miracles. Raul et Jurado se marchent sur les pieds Pire, Schalke n'a trouvé le fond des filets qu'à une seule reprise lors des quatre derniers matches. Huntelaar, qui avait endossé le costume de sauveur lors d'un mois d'octobre étincelant (5 buts en 5 rencontres entre la 4e et la 8e journée), est redevenu muet, peu aidé par un Raul fantomatique. L'ex-icône du Real peine à trouver sa place. Souvent en soutien du Néerlandais, il redescend très bas pour jouer en pivot... Empiétant sur le rôle qu'aurait dû tenir son compatriote Jurado, enrôlé contre 13 millions d'euros cet été. Le 4-4-2 de Magath, parfois transformé en 4-3-1-2 pour replacer l'ancien meneur de l'Atletico Madrid dans l'axe, se cherche, le héros de Wolfsburg en 2009 étant désormais sérieusement remis en question. Et son analyse après la piteuse performance en Israël ne convainc plus personne :"Après la faible performance à Tel Aviv, j'ai bon espoir que nous ferons un bon match face à Sankt Pauli". Un certain fatalisme qui illustre l'impuissance d'un sorcier à la formule perdue et au capital confiance en nette chute. L'urgence est bien réelle. Car après avoir accroché son voisin hambourgeois, l'atypique promu Sankt Pauli rêve de faire tomber un premier gros, comptant abattre ce colosse aux pieds d'argile. Magath est pourtant prévenu. Malgré ces failles, une première victoire en championnat à la Veltins Arena est impérative ce vendredi sous peine de s'offrir une saison galère... et de ressembler de plus en plus à Berlin, contraint à une saison de purgatoire vécue en tête de la Bundesliga 2.