Sauber reprend BMW

  • A
  • A
Sauber reprend BMW
Partagez sur :

F1 - BMW a annoncé avoir trouvé un accord avec Peter Sauber pour le rachat de son écurie de F1.

BMW a annoncé, vendredi, être parvenu à un accord avec Peter Sauber pour le rachat de son écurie de F1. Après l'échec des négociations avec Qadbak Investment Ltd, un fond d'investissement suisse, le groupe allemand a donc choisi de redonner les clés au fondateur originel de l'écurie.La persévérance de Peter Sauber aura donc été récompensée. Lui qui s'était déjà porté acquéreur, en vain, de l'écurie BMW en août dernier, a finalement vu sa demande acceptée. La firme allemande a annoncé, via un communiqué vendredi, être parvenue à un accord avec le Suisse pour le rachat de son écurie de F1 confirmant par ailleurs le maintien de l'usine à Hinwil tandis que ses effectifs passeront de 388 à 250 employés. "Nous sommes très heureux de cette solution. Cela répond à la plus grande exigence de réussite de l'équipe pour l'avenir. Nos relations avec Peter Sauber ont toujours été excellentes et marquées par un grand respect. Nous tenons à exprimer nos remerciements à Peter Sauber et à toute l'équipe pour l'excellente collaboration au cours des quatre dernières années", a indiqué Klaus Draeger, membre du Directoire de BMW, sur le site du groupe.L'accord avec Qadbak Investment Ltd abandonnéCe rachat est en fait un véritable retour aux sources. Le Suisse avait fondé sa propre écurie en 1993 avant de céder 80% de ses parts au constructeur allemand en 2005 tout en conservant un rôle de conseiller au sein de la nouvelle écurie rebaptisée BMW-Sauber. Après l'annonce du retrait de BMW de la F1 le 29 juillet dernier à l'issue de la saison 2009, Peter Sauber avait déjà formulé une offre de rachat finalement écartée au grand désarroi du Suisse. "Les accords Concorde, qui garantissent des paiements rapportant des millions, auraient assuré l'avenir de l'équipe. C'est pour moi le jour le plus noir en 40 ans de carrière dans le sport automobile", déplorait alors Peter Sauber dans le magazine Autosport. Les négociations avec Qadbak Investment Ltd, un fond d'investissement helvète, n'ayant pas abouti, le Suisse est revenu dans la course mais la ligne de départ est encore loin. Sans la signature des accords Concorde, l'écurie s'est privée de fonds financiers importants. Surtout, sa place sur la grille - à la place de Toyota - dépend encore de la décision de la FIA. "Le contrat est soumis à la condition que l'équipe obtienne le droit de participer à la saison 2010" précise le communiqué...