Sauber dans le bon tempo

  • A
  • A
Sauber dans le bon tempo
Partagez sur :

Privée de nombreux points après sa disqualification en Australie, l'écurie Sauber n'a pas baissé les bras, sa C30 montrant un joli potentiel en ce début de saison. Satisfait des performances de Kobayashi et Perez, Peter Sauber ne veut pas s'arrêter là mais demeure prudent, conscient des limites de son équipe.

Privée de nombreux points après sa disqualification en Australie, l'écurie Sauber n'a pas baissé les bras, sa C30 montrant un joli potentiel en ce début de saison. Satisfait des performances de Kobayashi et Perez, Peter Sauber ne veut pas s'arrêter là mais demeure prudent, conscient des limites de son équipe. Rangez vous, voilà les Suisses ! Avec Kobayashi, Sauber possédait déjà l'un des pilotes les plus spectaculaires, l'un des plus agressifs aussi. Devenu premier pilote de l'écurie, le Japonais emmène dans son sillage un Sergio Perez étonnant, capable de réaliser de belles performances, notamment en qualifications. Il faut dire que leur C30 en étonne plus d'un. Peter Sauber, revenu à la tête de l'écurie suite au départ de BMW fin 2009, se veut du coup satisfait de l'entame de ses ouailles: "Cette saison, nous voulions avoir une voiture qui serait à la fois compétitive et fiable dès le début de saison et nous avons clairement atteint cet objectif initial", souligne cette semaine sur le site officiel de la F1 l'ancien partenaire de Mercedes aux 24 Heures du Mans (victoire en 1989). "S'il n'y avait pas eu le problème avec l'aileron arrière à Melbourne (causant la disqualification de Kobayashi, 7e de la course et Perez, 8e, ndlr), le total des points serait excellent, mais sept points reste toujours bon. La chose importante est que, sur chaque course, nous avons été en mesure de nous battre au mérite pour des points au championnat du monde." Avec sept points, tous marqués par Kobayashi, Sauber se place devant Toro Rosso et Force India et talonne Mercedes. Mais Peter Sauber se veut prudent, conscient que certaines équipes peuvent encore rattraper leur retard: "La course à Shanghai a également montré que la concurrence se durcit. Il va donc maintenant être encore plus important de continuer à apporter des améliorations. Plusieurs équipes ont annoncé qu'ils présenteraient leur pack de développement étendu pour la prochaine course à Istanbul, et ça pourrait certainement bouleverser la hiérarchie." Perez doit maîtriser sa fougue Le Suisse, satisfait de son rookie Sergio Perez, semble toutefois regretter les points ratés par le Mexicain en raison de quelques excès d'engagement. "J'avais beaucoup d'attentes envers Sergio et je dois dire que jusqu'à présent, il a même dépassé celles-ci. Toutefois, Sergio est également bien conscient du fait qu'il est au début d'un long processus d'apprentissage, dont une partie sera faite d'incidents comme ceux de dimanche dernier à Shanghai". Déjà impliqué dans une touchette avec Heidfeld au 44e tour lui coûtant une partie de son aileron avant, le Mexicain avait récidivé pour écoper d'un drive throught au 48e tour suite à un accrochage avec Sutil, se contentant d'une 16e place. Insuffisant toutefois pour ternir le beau bilan d'une écurie à la fête. La cellule technique autour de James Key enfin rodée, l'équipe suisse attend des éléments de développement pour Barcelone. "Avec la C29, les principaux problèmes concernaient la direction sur quelques circuits bosselés et sur les vibreurs, qui ne pouvaient être atténués par des ajustements mécaniques des réglages de la voiture. La C30 nous donne beaucoup plus de souplesse en termes de hauteur de caisse et a également une bonne efficacité aérodynamique. Pour résumer, je peux dire que le développement global de la Sauber F1 Team évolue positivement, mais que nous devons continuer à travailler très efficacement et avec un grand dévouement dans un contexte de ressources limitées afin d'atteindre nos objectifs pour la saison". Une nécessité en effet pour continuer à chasser les points et offrir à ses deux poulains la possibilité d'encore bousculer la hiérarchie...