Sarkozy veut sortir les ''voyous'' des stades

  • A
  • A
Sarkozy veut sortir les ''voyous'' des stades
@ Reuters
Partagez sur :

En déplacement à Marignane, Nicolas Sarkozy a réagi jeudi aux incidents de PSG-OM.

En déplacement à Marignane, Nicolas Sarkozy a réagi jeudi aux incidents de PSG-OM. Après la garde des Sceaux et le ministre de l'Intérieur, c'est Nicolas Sarkozy en personne qui est monté au créneau jeudi pour critiquer les supporters rivaux du PSG qui se sont affrontés en marge de PSG-OM, dimanche dernier. Après le "débiles mentaux" de "MAM", les "cinglés et fous" de Brice Hortefeux, le chef de l'Etat les a qualifiés de "voyous", un terme qu'il a utilisé à trois reprises dans la même phrase, signifiant son agacement. "Ces voyous, il ne faut pas les appeler des supporters, ce sont des voyous et croyez-bien qu'avec le ministre de l'Intérieur, on va faire en sorte que ces voyous désertent nos stades". Le président, Nicolas Sarkozy, a vivement réagi aux incidents de PSG-OM : Pour donner du poids à ses propos, Nicolas Sarkozy a rappelé que lui-même était un habitué du Parc depuis de nombreuses années. "Je vais au PSG depuis bien longtemps, depuis beaucoup plus longtemps qu'un certain nombre de voyous qui donnent un spectacle lamentable dans les tribunes". Nicolas Sarkozy s'est exprimé sur cette question des supporters du PSG en marge d'un déplacement sur la politique industrielle, à... Marignane, tout près de Marseille. Logiquement, il est revenu sur l'absence de supporters de l'OM au Parc lors du clasico de dimanche. "Je suis vraiment désolé que les supporters de l'OM n'aient pas pu venir à Paris. Il faut vraiment ne rien comprendre à ce que sont le sport et le football pour être Parisien et ne pas aimer l'OM, et vice versa." Rappelons que les supporters du club phocéen avaient décidé de boycotter le déplacement à Paris pour protester contre les mesures de sécurité prises à leur encontre par le ministère de l'Intérieur. Nicolas Sarkozy a par ailleurs apporté son soutien aux dirigeants du PSG, et notamment à Robin Leproux, qui a décidé, jusqu'à nouvel ordre, de ne plus vendre de billets aux supporters parisiens pour les matches à l'extérieur. "Je soutiens totalement les dirigeants du PSG qui ont décidé de ne plus vendre de billets à des voyous et qui ont décidé de ne pas faire appel quand des matches sont à huis clos", a expliqué le chef de l'Etat. Mercredi, la Ligue a annoncé que, suite aux incidents de PSG-OM, le club parisien avait été condamné à un match à huis clos, qu'il purgera le dimanche 28 mars prochain, face à Boulogne. "Il vaut mieux que les tribunes et les virages soient vides plutôt que remplis de personnes comme cela", a affirmé le président.