Santos incarcéré à Marseille

  • A
  • A
Santos incarcéré à Marseille
@ Reuters
Partagez sur :

FOOT - L'Ultra de l'OM, condamné par la justice espagnole, a été placé en détention à Marseille.

FOOT - L'Ultra de l'OM, condamné par la justice espagnole, a été placé en détention à Marseille. Son arrestation en marge du match de Ligue des champions entre l'Atletico Madrid et l'OM, le 1er octobre 2008, avait déclenché une vague de réactions et d'émotions dans le milieu ultra en France et au sein du club phocéen. Vendredi matin, Santos Mirasierra a été interpellé par la police sur son lieu de travail à Salon-de-Provence, avant d'être déféré au parquet d'Aix-en-Provence puis d'être transféré à la maison d'arrêt de Luynes, dans les Bouches-Du-Rhône, confirmant une information de La Provence sur son site internet. Dans un arrêt du 24 juin, la chambre d'instruction de la cour d'appel d'Aix avait refusé de remettre Santos aux autorités espagnoles qui avaient émis un mandat d'arrêt européen contre lui, moyennant l'engagement qu'il purge sa peine en France. Membre du groupe des Ultras, Santos Mirasierra avait été condamné à trois ans et demi de prison en décembre 2008 pour sa participation à des incidents avec les forces de l'ordre avant le match de Ligue des champions entre l'Atletico et l'OM le 1er octobre 2008 dans les tribunes du stade Vicente Calderon. Revoyez les images de ces incidents : Santos avait bénéficié d'une mesure de remise en liberté sous caution à la suite de l'appel de son avocat, après deux mois et huit jours de détention provisoire près de Madrid. L'avocat de Santos, Me Alain Baduel, a jugé "particulièrement inappropriée" la manière "brusque" dont son client a été interpellé vendredi. "Nous avons répondu à toutes les convocations de la justice, il aurait suffi d'une convocation ou d'un coup de téléphone. Nous avons l'impression d'avoir affaire à un terroriste... Alors que la France avait compris la situation, on a le sentiment qu'elle joue via cette interpellation un peu spectaculaire et soudaine le jeu d'une injustice espagnole." Me Baduel entend déposer dès lundi une demande de grâce et un aménagement de la peine.