Sans Bryant, L.A. assure aussi

  • A
  • A
Sans Bryant, L.A. assure aussi
@ Reuters
Partagez sur :

NBA - Les Lakers se sont imposés face aux Spurs de Tony Parker (101-89).

NBA - Les Lakers se sont imposés face aux Spurs de Tony Parker (101-89). Le match de la nuit: LA Lakers-San Antonio 101-89 Kobe Bryant peut bien continuer à se reposer. Deux jours après avoir fait fi de son absence pour en terminer avec une série noire de neuf revers consécutifs chez les Blazers, ses coéquipiers se sont donc offert le scalp des Spurs. Une victoire d'autant plus marquante qu'elle n'a souffert d'aucune contestation et qu'elle a été également obtenue en l'absence d'Andrew Bynum. Malgré l'absence du jeune pivot, c'est d'ailleurs à l'intérieur que les champions en titre ont construit leur succès. Mais même privés de deux titulaires, les Californiens ont pu compter sur un tandem de choc avec Pau Gasol et Lamar Odom. Les deux compères ont ainsi été les deux principaux tourmenteurs des Texans, Gasol se montrant notamment particulièrement dominateur sous les panneaux avec 21 points et 19 rebonds. Tim Duncan a évidemment fait ce qu'il a pu, y allant, lui aussi, de son double-double en rendant 16 points et 15 rebonds, mais la menace californienne venait de partout. Ils sont ainsi cinq Lakers à émarger à plus de dix unités, Lamar Odom compilant, lui, 16 points-10 rebonds et les artificiers Jordan Farmar et Dereck Fisher ajoutant 13 unités au total. Mais l'absence de Bryant a également permis à Ron Artest de rappeler à tous ses bonnes dispositions offensives. Après les 21 points inscrits à Portland, le spécialiste es-défense de Los Angeles a en effet enchaîné avec 18 points. C'en était évidemment trop pour les Spurs. Le Big Three de San Antonio a certes fait ce qu'il pu à l'image d'un Tony Parker, auteur de 20 points à 8 sur 16 aux tirs et 8 passes, ou d'un Manu Ginobili, meilleur marqueur texan. Mai pour le reste, les troupes de Gregg Popovich ont bien été incapables de rivaliser. Le buzz autour de Georges Hill risque ainsi de retomber puisque la jeune doublure de Tony Parker, récemment intronisé dans le cinq à l'occasion de l'absence du Français, a été complètement dépassé. Aussi bien en attaque comme en atteste ses 5 points à 2 sur 8 qu'en défense, les Lakers profitant le plus souvent de sa présence sur le parquet pour prendre leurs aises. Constat identique à l'endroit de Richard Jefferson qui n'a pu faire mieux que 9 points à 2 sur 9 aux tirs... Les Français S'il n'y avait que trois rencontres au programme ce lundi, la colonie tricolore était néanmoins particulièrement concernée avec pas moins de cinq représentants de sortie. Parfois de loin hélas, puisque si Ian Mahinmi a, lui, été encore une fois cantonné au banc à l'occasion du choc du jour au Staples Center, Rodrigue Beaubois n'a pas non plus été très impliqué dans la victoire de ses Mavericks chez les Warriors. Le rookie français restait pourtant sur prestation convaincante face aux Wolves avec un nouveau record de points en carrière à la clé (17 points). Mais à Oakland, l'ancien Manceau n'a fait que passer avec à peine plus d'un minute de jeu pour 2 pertes de balle et 2 fautes. Aussi n'a-t-il guère contribué au succès ramené d'Oakland 117-127, un bon résultat d'autant plus précieux que Dallas restait sur quatre défaites en cinq matches. Mais c'est bien pire pour les Warriors qui en sont, eux, à neuf revers de rang! Ronny Turiaf a pourtant fait ce qu'il a pu face aux Mavs, le Martniquais profitant de son statut de titulaire et de ses minutes de jeu pour compiler 14 points, 5 passes et 4 rebonds en 33 minutes. Aussi, le Français qui joue et qui gagne était à chercher en Floride. Non pas à Miami évidemment, n'en déplaise à Yakhouba Diawara, mais à Orlando. Le Magic a en effet confirmé son succès de la veille chez les Celtics en dominant les Hornets 123-117. Mal embarqués à la pause, les Floridiens ont notamment pu compter sur l'honnête contribution de Mickael Pietrus. En 19 minutes, il n'a certes pas affolé les compteurs mais ses 8 points à 3 sur 7 aux tirs et ses 3 rebonds ont participé au succès d'Orlando.