Sans Bokolo, c'est jouable ?

  • A
  • A
Sans Bokolo, c'est jouable ?
Partagez sur :

Touché au mollet ce week-end contre Chalon-sur-Saône (73-65), Yannick Bokolo pourrait manquer "trois ou quatre matches", selon Christian Monschau. L'arrière de Gravelines-Dunkerque, qui revenait à peine de blessure, ne sera donc pas là mardi soir face à l'Asvel, en match décalé de la 23e journée de Pro A. Son absence avait déjà coûté cher au BCM en Coupe de France et en Eurochallenge.

Touché au mollet ce week-end contre Chalon-sur-Saône (73-65), Yannick Bokolo pourrait manquer "trois ou quatre matches", selon Christian Monschau. L'arrière de Gravelines-Dunkerque, qui revenait à peine de blessure, ne sera donc pas là mardi soir face à l'Asvel, en match décalé de la 23e journée de Pro A. Son absence avait déjà coûté cher au BCM en Coupe de France et en Eurochallenge. Tout le monde est d'accord sur le sujet: Yannick Bokolo a franchi un palier cette saison. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si l'arrière de Gravelines-Dunkerque, qui tourne à 13,2 points, 4,1 rebonds et 3,9 passes de moyenne par match en 2010-11, est fréquemment cité dans les candidats au titre de MVP français, cette saison en Pro A. Ce n'est donc pas surprenant, non plus, que le BCM rame sans lui. Blessé aux ischio-jambiers le 12 mars dernier contre Pau-Lacq-Orthez, l'international tricolore avait effectué son retour sur les parquets ce week-end face à Chalon-sur-Saône. Un retour de courte durée, treize minutes exactement. Touché au mollet après un choc avec Steed Tchicamboud, il a dû quitter ses partenaires dans le deuxième quart, ce qui n'a pas empêché les Nordistes de l'emporter (73-65). Sur le long terme, ce nouveau coup d'arrêt pourrait être embêtant pour Gravelines. "Le perdre sur trois ou quatre matches n'est pas une bonne nouvelle. On a un jeu différent quand il n'est pas là", regrettait dans La Voix des Sports le coach Christian Monschau, qui avait trouvé que son joueur était "bien rentré dans la rencontre". Rien ne dit, pour l'instant, que Yannick Bokolo sera absent aussi longtemps. Une chose est sûre en revanche, il ne sera pas sur le parquet de l'Astroballe contre Villeurbanne mardi soir. Un match qui aurait dû se jouer dix jours plus tôt, en même temps que les autres affiches de la 23e journée de championnat. Mais le BCM avait cette semaine-là une échéance importante en quarts de finale de l'Eurochallenge. La deuxième place en vue Cette double confrontation contre le Lokomotic Kuban, l'arrière français l'avait manquée et le BCM avait été trop juste pour accéder au Final Four de la compétition. Même sentence en huitièmes de la Coupe de France, le 15 mars, avec une défaite au Sportica contre l'Asvel à la clé (74-79). "C'est frustrant, admettait-t-il dans le quotidien régional avant le match face à Chalon. On est sur le côté et on voit forcément mieux que ceux qui sont sur le terrain. Et on a été tout près, surtout en coupe d'Europe..." Avant son retour ce week-end, le bilan de Gravelines sans lui était édifiant: trois revers en quatre sorties. Son absence, si elle est prolongée, serait donc un véritable coup dur alors que le BCM peut, en cas de succès face à l'Asvel, revenir à hauteur de Nancy à la deuxième place du classement. Ben Woodside, l'autre piston de la traction arrière nordiste, va avoir deux fois de travail. Et de pression ? "Ces derniers temps, même quand j'étais là, on avait un peu perdu notre identité en défense, c'est pour ça que c'était un peu plus difficile", reconnaissait Yannick Bokolo, MVP de la dernière Semaine des As. Pour l'instant, on va déjà essayer de bien se classer. Il ne faut pas se projeter, Ça a toujours été notre stratégie."