San Antonio, une victoire qui fait mal !

  • A
  • A
San Antonio, une victoire qui fait mal !
Partagez sur :

Victoire à la Pyrrhus pour les Spurs. Le leader NBA a certes fait un pas supplémentaire vers le meilleur bilan de la Ligue et un record de victoires en saison régulière en dominant aisément les Warriors 111-96, mais San Antonio a également perdu gros en voyant Tim Duncan se donner une entorse à la cheville gauche. A moins d'un mois du coup d'envoi des playoffs, l'intérieur texan devrait en effet être absent deux à trois semaines...

Victoire à la Pyrrhus pour les Spurs. Le leader NBA a certes fait un pas supplémentaire vers le meilleur bilan de la Ligue et un record de victoires en saison régulière en dominant aisément les Warriors 111-96, mais San Antonio a également perdu gros en voyant Tim Duncan se donner une entorse à la cheville gauche. A moins d'un mois du coup d'envoi des playoffs, l'intérieur texan devrait en effet être absent deux à trois semaines... Le chargé des relations avec la presse avait pourtant prévenu, samedi, à l'heure d'expliquer l'absence de Tim Duncan à l'occasion de la visite des Bobcats. "Trop vieux" avait-il mentionné, en français dans le texte. Désireux de l'épargner à quelques encablures de la fin de la saison régulière, Gregg Popovich avait en effet décidé de le mettre au repos, lui évitant ainsi un deuxième match en deux jours au lendemain du confortable succès ramené de Dallas. C'était là la première absence de la saison pour un Tim Duncan débarrassé de ses habituels problèmes au genou. Las, deux jours après, le double MVP de la Ligue (2003, 2005) a finalement été rattrapé par les blessures. La faute à une entorse de la cheville gauche contractée après être retombé sur le pied d'Ekpe Udoh qui a fait parcourir un frisson dans tout l'ATT Center. Car s'il devrait donc s'en sortir avec deux à trois semaines d'absence selon les premiers examens médicaux, c'est néanmoins un moindre mal à en croire ses coéquipiers. "Je pensais que ça allait être plus sérieux, qu'il y allait avoir quelque chose de cassé ou fracturé. Je suis en fait heureux de voir qu'il ne s'agit que d'une sévère entorse. Je croyais que ça allait être pire." de confier ainsi Antonio McDyess à l'issue de la rencontre. Même soulagement pour un Gregg Popovich resté livide, les mains dans les poches alors que le staff médical s'afférait auprès de la star texane. «C'aurait pu être pire, j'ai bien cru que c'était terminé pour lui.» soufflait ainsi Pop après coup. Et l'entraîneur texan peut être d'autant plus soulagé que même sans sa figure tutélaire, les Spurs n'en continuent pas moins d'impressionner. Après avoir écoeuré les Bobcats, le collectif texan a remis ça face aux Warriors, l'emportant 111-96 après s'être mis à l'abri dès le premier quart, achevé avec 11 longueurs d'avance. Et cette fois, les deux rescapés du Big Three ont mené l'ensemble, Manu Ginobili signant notamment 28 points et 31 minutes et Tony Parker égalant son record de passes pour afficher un joli double-double avec 17 points et 15 passes. Ajoutez-y les 13 points de la révélation Steve Novak, auteur d'un réussi 5 sur 6 en 18 minutes et les Spurs peuvent voir venir. Et ce d'autant plus qu'à douze matches de la fin de la saison régulière, les Spurs possèdent désormais une solide avance avec sept victoires de plus que les Lakers, les Bulls et les Celtics, leurs premiers poursuivants. La première place ne fait donc guère de doute. Reste à assurer un nouveau record de victoires dans l'histoire de la franchise, les troupes du Pop pointant en effet à six succès des 63 succès décrochés en 2005-06. Leur dernier objectif. Le premier étant de conserver la santé...