San Antonio gâche tout

  • A
  • A
San Antonio gâche tout
Partagez sur :

La belle saison des Spurs est en passe de voler en éclats. Alors qu'ils semblaient assurés du meilleur bilan de la Ligue, San Antonio n'en finit plus de coincer dans la dernière ligne droite avec désormais une série noire de six défaites de rang. Le retour du Big Three semble ne rien y changer comme en atteste le revers concédé en prolongation, ce vendredi, à Houston 119-114 malgré les 31 points de Tony Parker.

La belle saison des Spurs est en passe de voler en éclats. Alors qu'ils semblaient assurés du meilleur bilan de la Ligue, San Antonio n'en finit plus de coincer dans la dernière ligne droite avec désormais une série noire de six défaites de rang. Le retour du Big Three semble ne rien y changer comme en atteste le revers concédé en prolongation, ce vendredi, à Houston 119-114 malgré les 31 points de Tony Parker. Il y a dix jours, il était question de record du côté San Antonio. Quasiment assurés, avec sept succès d'avance, de la première place de la Ligue à l'issue de la saison régulière, les Spurs en étaient en effet à lorgner sur le record de victoires du millésime 2005-06. Las, à peine deux semaines ont donc passé et si Tim Duncan en est quitte pour une grande première, c'est en fait pour une série de six défaites consécutives jamais vue depuis son arrivée dans le Texas ! Il fallait en effet remonter à près de 14 ans et une fin de saison bâclée par les Spurs afin d'augmenter leurs chances de récupérer le premier choix de la draft promis à un certain... Duncan pour trouver trace d'une telle série noire. Cette fois, c'est pourtant bien la première place de la Ligue que San Antonio espère encore décrocher. Mais pour cela, il leur faudra urgemment renouer avec la victoire. Car tandis que les troupes de Gregg Popovich enchaînent les défaites, les Lakers accumulent, eux, les succès. Encore vainqueurs 86-96 chez les Jazz, les Californiens ne pointent plus en effet qu'à 1½ match de leurs rivaux texans, avec d'ici la fin de saison une confrontation directe au Staples Center forcément décisive. A moins que l'effondrement des Spurs ne se poursuive d'ici là... Car si les premiers revers des Texans pouvaient évidemment s'expliquer par l'absence de Tim Duncan, voire, comme lundi face aux Blazers, du Big Three au complet, les trois compères ont pourtant fait leur grand retour depuis jeudi, mais en sont donc à deux défaites en deux jours. Piégés la veille par les Celtics, les Spurs ont donc, cette fois, craqué à Houston. Une nouvelle défaite qui n'est pas sans rappeler les revers concédés face à Portland (deux fois), Memphis ou Denver car marquée par l'incapacité des Spurs à finir leurs matches. San Antonio a certes passé l'essentiel du match à courir après le score, mais après avoir repris les commandes avec trois longueurs d'avance à l'entame de la dernière minute du temps réglementaire (104-107), les Texans ont encore tout gâché avec notamment une perte de balle de George Hill, un lancer-franc manqué par Tim Duncan puis une prolongation jouée à l'envers et conclue sur une défaite 119-114.. Aussi, malgré ses 31 points à 15 sur 23 aux tirs, Tony Parker pouvait l'avoir mauvaise. "Ce sont des défaites qui font très mal, concédait ainsi le Français, on ne parvient pas à faire les actions qui comptent à la fin des matches. Il faut néanmoins rester positif et espérer que la roue tourne. On verra vite où on en est.» A l'image de TP, le Big Three n'a pourtant pas démérité pour ce derby chez les Rockets, Tim Duncan y allant ainsi d'un double-double avec 23 points et 13 rebonds et Manu Ginobili signant également 23 points malgré un 7 sur 17 aux tirs. "Tout n'est pas à jeter ce soir, concédait d'ailleurs Duncan à l'issue de la rencontre, mais il nous faut retrouver nos automatismes en défense et notre confiance." Car plus encore que l'incapacité des doublures texanes à apporter une contribution conséquente, c'est bien la défense qui n'a pas été à la hauteur, les voisins de Houston tournant ainsi à 47% de réussite collective avec notamment un Kevin Martin à 33 points et un Luis Scola à 21 points-14 rebonds. De quoi leur permettre d'entretenir leurs maigres espoirs de playoffs avec désormais 3 matches de retard sur les Hornets et encore six matches à jouer...