Sammaritano, la révélation

  • A
  • A
Sammaritano, la révélation
Partagez sur :

Peu utilisé à Auxerre depuis le début de la saison, Frédéric Sammaritano a saisi l'occasion qui lui était offerte, la semaine dernière en Coupe de la Ligue face à Bastia et ce mercredi en Ligue des champions face à l'Ajax, pour se révéler au grand jour. Auteur d'un doublé face aux Corses (4-0), le milieu offensif de poche a inscrit le premier but des siens face aux Néerlandais et permis à l'AJA de décrocher un précieux succès (2-1).

Peu utilisé à Auxerre depuis le début de la saison, Frédéric Sammaritano a saisi l'occasion qui lui était offerte, la semaine dernière en Coupe de la Ligue face à Bastia et ce mercredi en Ligue des champions face à l'Ajax pour se révéler au grand jour. Auteur d'un doublé face aux Corses (4-0), le milieu offensif de poche a inscrit le premier but des siens face aux Néerlandais et permis à l'AJA de décrocher un précieux succès (2-1). Et si Frédéric Sammaritano était l'une des révélations de la saison ? Recruté par l'AJ Auxerre en toute fin de mercato, en échange d'une indemnité de 500.000 euros et pour un contrat de trois ans, l'ancien Vannetais a dû patienter avant d'avoir sa chance. Alors qu'il ne l'avait utilisé qu'avec parcimonie depuis le début de la saison, quatre matches de Ligue 1 et tous en tant que remplaçant, Jean Fernandez avait décidé de lui faire confiance pour la venue de Bastia, club de National, la semaine dernière en huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue. Conscient de l'importance de cette rencontre pour la suite de sa saison, le milieu offensif de 24 ans, qui commençait à s'impatienter sur le banc, ne voulait pas raté sa chance. "Je pense avoir été patient, pas trop gourmand pour l'instant. J'avais très envie de jouer, c'est une évidence. Mais je relativise aussi: je viens d'un petit club de L2. J'aurais peut-être pu avoir davantage de temps de jeu, mais ce n'est pas grave. J'ai travaillé et la récompense arrive aujourd'hui", avait-il ainsi confié à L'Yonne Républicaine. Le joueur formé à Nantes, qui n'avait pas été conservé en raison notamment de sa petite taille (1,62 m), a parfaitement rempli sa mission. Auteur de deux des quatre buts de sa formation face au club corse (4-0), Sammaritano a convaincu son entraîneur. Entré à vingt minutes de la fin face à Nice ce week-end en ligue 1 (2-0), le Morbihannais était de nouveau titulaire mercredi en Ligue des champions face à l'Ajax. Positionné en meneur de jeu derrière Julien Quercia, le finaliste de la Coupe de la Ligue 2009, perdue avec Vannes face à Bordeaux (0-4), a grandement contribué au succès des siens (2-1) en ouvrant le score d'une frappe sans contrôle de l'entrée de la surface, légèrement déviée par Vertonghen (9e). "Moi c'est Sammaritano et lui c'est Valbuena""Je suis un peu sur un nuage. Sur le but, j'ai beaucoup pensé à ma famille et à mes proches. Mais je ne vais pas m'arrêter à ça. On veut continuer à rêver. Après, c'est difficile de dire, à chaud, si c'est le meilleur moment de ma carrière mais en tout cas c'est sûrement mon but le plus important !", expliquait à l'issue de la rencontre le héros de la soirée, qui n'échappe pas à la comparaison avec Mathieu Valbuena. Outre un profil similaire (même poste, même gabarit), celui qui est désormais titulaire à l'OM et international tricolore, après avoir été découvert à Libourne Saint-Seurin, s'était révélé en octobre 2007 en Ligue des champions en inscrivant le but de la victoire sur le terrain de Liverpool (1-0). S'il rêve d'un parcours similaire, Sammaritano cultive aussi sa différence: "C'est vrai que c'est flatteur d'être comparé à Mathieu Valbuena, même si je n'aime pas trop les comparaisons, moi c'est Sammaritano et lui c'est Valbuena. Mais c'est un exemple de réussite. Quand on voit où il en est arrivé à force de travail, ça donne envie". A lui désormais de confirmer sur la durée le potentiel qu'il a laissé entrevoir lors d'un match de la plus prestigieuse des compétitions européennes.