Salamanque récompensé !

  • A
  • A
Salamanque récompensé !
Partagez sur :

Alors que le Spartak Moscou avait trusté le palmarès de l'Euroligue depuis quatre ans, Salamanque a mis fin à cette hégémonie, dimanche. Les Espagnoles sont en effet venues à bout des Russes, au bout d'une finale menée du début à la fin (68-59). Avec ce succès, les filles de Salamanque remportent donc le premier succès européen de leur histoire.

Alors que le Spartak Moscou avait trusté le palmarès de l'Euroligue depuis quatre ans, Salamanque a mis fin à cette hégémonie, dimanche. Les Espagnoles sont en effet venues à bout des Russes, au bout d'une finale menée du début à la fin (68-59). Avec ce succès, les filles de Salamanque remportent donc le premier succès européen de leur histoire. Le Spartak redevient humain. Après avoir glané les quatre derniers titres en Euroligue, les deux derniers face à un club espagnol, les Russes ont donc chuté, dimanche, face à Salamanque (68-59). Un succès mérité pour les Espagnoles, qui rêvaient de prendre leur revanche, deux ans après leur finale perdue, à domicile, face aux filles de Moscou. Le club castillan, créé seulement en 1988, remporte donc son premier titre européen, alors même qu'il n'a été champion d'Espagne qu'à une seule reprise, en 2006. Un succès mérité, tant les joueuses de Lucas Mondelo ont dominé la rencontre de bout en bout, en prenant les devants dès le premier quart (28-13, 14e). Une avance due notamment à l'adresse catastrophique du Spartak. A ce moment de la rencontre, les Russes sont en effet à 20% de réussite aux tirs, et les tirs saucisses pleuvent sur, ou sous, le panier adverse. Et si la troupe menée par une Taj McWilliams encore irréprochable (17 points, 11rebonds) réagit avant la pause (30-22, 20e), les Ibères ne comptent pas lâcher leur bien comme cela. Au retour des vestiaires, les coéquipières d'Alba Torrens, élue MVP de la rencontre grâce à ses treize points, montrent en effet un état d'esprit collectif irréprochable, pour remettre la tête sous l'eau à des Russes décidément dans un mauvais jour (43-28, 25e). L'écart est fait, et même si le Spartak augmente le volume défensif en fin de rencontre (58-50, 37e), Salamanque a les reins assez solides pour finir la rencontre avec assez de lucidité pour aller chercher ce premier titre.