Salaires : le hand dix tons en dessous

  • A
  • A
Salaires : le hand dix tons en dessous
@ Maxppp
Partagez sur :

Un handballeur français touche en moyenne un salaire dix fois moins élevé qu'un footballeur.

Les handballeurs français évoluent sur une autre planète. C’est vrai sur le plan sportif. En revanche, sur le plan financier, leurs salaires sont sans commune mesure avec ceux pratiqués dans d'autres sports, comme le foot, par exemple. Avec une Une volontairement polémique "Sont-ils assez payés ?", L'Equipe revient mercredi sur ces écarts de salaires entre les différents sports collectifs.

Un handballeur de première division touche ainsi deux fois plus qu'un volleyeur de Ligue A (20.833 euros bruts mensuels contre 9.165 euros) mais deux fois moins qu'un basketteur de Pro A (4.521 euros) et trois fois moins qu'un rugbyman du Top 14 (13.194). Mais c'est surtout avec le foot que l'écart est le plus grand, puisque le salaire moyen d'un handballeur est dix fois moins important que celui d'un footballeur de Ligue 1, qui émarge en moyenne à 45.321 euros par mois...

Karabatic à 20.000 euros par mois

Et 4.521 euros pour le hand, c'est une moyenne... Le président du HBC Nantes, club de l'élite qui se situe cette saison dans la première partie de tableau, révélait ainsi l'an dernier dans Ouest-France que le salaire moyen mensuel de ses joueurs était de 2.600 euros... nets. Etant donné les revenus, relativement faibles si l'on considère la durée d'une carrière au haut niveau, les handballeurs doivent, plus que les footballeurs encore, anticiper l'avenir. L'encadrement dans le domaine du sport, le travail associatif, des emplois dans les collectivités, tels sont les débouchés les plus courants pour les joueurs.

Comme en football, les chiffres sont néanmoins à nuancer : ils ne tiennent pas compte des revenus supplémentaires (primes de résultats, droits à l'image,...) et cachent évidemment une grande disparité entre les joueurs stars et les autres. Ainsi, Nikola Karabatic touche un peu plus de 20.000 euros par mois.

D'autres internationaux, à l'étranger, en Espagne ou en Allemagne, dépassent allégrement les 10.000 euros, avec des sommes parfois net d'impôts. Pour les meilleurs joueurs, comme Karabatic, il faut également ajouter les différents contrats publicitaires pour aboutir au final à une rémunération annuelle d'environ 500.000 euros. Cela équivaut au salaire mensuel de Yoann Gourcuff, joueur le mieux payé de la Ligue 1.