Saints mais pas saufs

  • A
  • A
Saints mais pas saufs
Partagez sur :

Vainqueurs du dernier Super Bowl, les New Orleans Saints ont raté la marche, ce week-end au tour de wild-card des playoffs NFL, piégés par les Seattle Seahawks (36-41). Même sentence pour les Indianapolis Colts, coiffés par les New York Jets (16-17). Les Baltimore Ravens et les Green Bay Packers se sont également qualifiés.

Vainqueurs du dernier Super Bowl, les New Orleans Saints ont raté la marche, ce week-end au tour de wild-card des playoffs NFL, piégés par les Seattle Seahawks (36-41). Même sentence pour les Indianapolis Colts, coiffés par les New York Jets (16-17). Les Baltimore Ravens et les Green Bay Packers se sont également qualifiés. SEAHAWKS-SAINTS (41-36) Personne n'attendait vraiment Seattle en playoffs. Voir les Seahawks scalper dès le premier tour les Saints, champions en titre, relevait donc de l'exploit. Pour ne pas dire de l'impossible. Oui mais voilà, les partenaires d'un Matt Hasselbeck en feu (272 yards, 4 TD, 1 int.), sans doute vexés par les critiques dont ils ont fait l'objet après leur qualification avec un bilan négatif (7 v. - 9 d.), ont franchi les frontières du réel pour faire plier une équipe de New Orleans bien trop perméable (41-36). Un 10-0 dans le troisième quart-temps a donné une avance suffisante aux joueurs de Pete Carroll, qui ont ensuite résisté au retour des tenants du titre dans l'ultime période. Une sacrée performance. A confirmer dimanche prochain face aux Chicago Bears. COLTS-JETS (16-17) Il ne faisait pas bon avoir disputé le Super Bowl XLIV lors de ce tour de wild-card des playoffs NFL. Finalistes malheureux en 2010, les Indianapolis Colts ont comme les New Orleans Saints trébuché ce week-end, eux à domicile. Leurs adversaires, les New York Jets, étaient certes plus coriaces, car candidats autoproclamés au titre. Mais chez eux, les coéquipiers de Peyton Manning (225 yards, 1 TD) ne s'attendaient pas à terminer leur saison aussi tôt. Surtout qu'à 0"53 de la fin, un field goal d'Adam Vinatieri leur a donné deux points d'avance (16-14). Il en fallait un peu plus pour décourager le quarterback new-yorkais Mark Sanchez, qui a mené comme un chef le dernier drive pour permettre à son kicker, Nick Folk, de trouver les perches d'un coup de pied de 32 yards... à la dernière seconde. CHIEFS-RAVENS (7-30) Kansas City n'y a pas cru longtemps face à Baltimore. Un quart-temps, même pas. Sur une course de 41 yards, Jamaal Charles a permis aux Chiefs de mener au score assez tôt dans le match (7-3, 13e). Et puis, plus rien. La défense des Ravens, réputée à travers le pays, a ensuite verrouillé à double tour sa zone d'en-but et laissé les clés de l'attaque à Ray Rice, Anquan Boldin et Willis McGahee, auteurs d'un touchdown chacun, et au quarterback Joe Flacco, très en réussite (25/34, 265 yards, 2 TD). L'expérience des playoffs, les hommes de Dean Pees l'ont accumulée ces dernières années, ce qui a aussi fait la différence. Mais contre les Pittsburgh Steelers, eux aussi connus pour leur efficacité défensive, la partie ne sera pas simple le week-end prochain, au tour de division de la conférence AFC. EAGLES-PACKERS (16-21) Michael Vick ne reverra pas Atlanta. Pas tout de suite. L'ancien quarterback vedette des Falcons, aujourd'hui revenu en grâce aux Eagles après être passé par la case prison, a subi une interception en fin de match contre les Green Bay Packers, qui a empêché Philadelphia d'inverser la tendance (16-21). Ce sont donc les partenaires d'un Aaron Rodgers inspiré (18/27, 180 yards, 3 TD) qui tenteront de faire tomber la tête de série n°1 de la conférence NFC le week-end prochain. Dommage pour Philly, qui a cru pouvoir l'emporter quand Michael Vick a franchi la ligne d'en-but adverse à 4'02" de la fin. Mais au mérite, les Packs ont tenu bon, les 123 yards gagnés au sol par le running-back James Starks les ayant bien aidés à faire la course en tête dans cette rencontre.