Sainté lâche du lest

  • A
  • A
Sainté lâche du lest
Partagez sur :

Invaincu depuis son premier match de la saison face au PSG, Saint-Etienne a subi dimanche à Nice sa deuxième défaite (1-2), lors de la 9e journée de Ligue 1. Réduits à dix après l'exclusion de Bergessio, les Verts ont craqué après la pause alors que Payet avait ouvert le score sur penalty. Ce faux pas permet à Rennes, tenu en échec à Lens (0-0), de prendre deux points d'avance en tête du championnat.

Invaincu depuis son premier match de la saison face au PSG, Saint-Etienne a subi dimanche à Nice sa deuxième défaite (1-2), lors de la 9e journée de Ligue 1. Réduits à dix après l'exclusion de Bergessio, les Verts ont craqué après la pause alors que Payet avait ouvert le score sur penalty. Ce faux pas permet à Rennes, tenu en échec à Lens (0-0), de prendre deux points d'avance en tête du championnat. Pendant une grosse demi-heure, Saint-Etienne est redevenu leader du championnat. Mais c'est bien Rennes qui restera sur le trône à l'issue de cette 9e journée de Ligue 1. Tout était pourtant réuni pour que les Verts reprennent les commandes: une ouverture du score précoce sur la pelouse de Nice signée Payet (11e), et l'incapacité des Bretons à déverrouiller la défense lensoise à Bollaert (0-0). Mais deux imprévus sont venus compliquer la tâche des joueurs de Christophe Galtier, qui rentrent finalement bredouilles de leur déplacement au stade du Ray ce dimanche (1-2). Le premier a fait enrager l'entraîneur stéphanois. A raison. Trop fougueux à la récupération du ballon, Bergessio a écopé d'un carton rouge direct - et sévère - parce que l'arbitre de la rencontre, M. Thual, a estimé que son tacle glissé devant Mouloungui était trop dangereux (22e). Le second a surpris Janot. Sur un centre de Ljuboja, Mounier a pris sa chance sans contrôle et expédié, depuis l'angle gauche de la surface, une volée qui a terminé dans le petit filet du gardien forézien (47e). Une égalisation qui, au retour des vestiaires, a fait mal aux Verts. Payet se fait justice lui-même Car Saint-Etienne n'avait, à ce moment là de la rencontre, plus rien à voir avec ce qu'il avait montré auparavant. D'une sérénité déconcertante en début de match, les Stéphanois ont d'abord maîtrisé leur sujet et Payet, fauché dans la surface par Pejcinovic, s'est fait justice lui-même en transformant le penalty (1-0, 11e). Son huitième but de la saison. Si l'exclusion de Bergessio a plutôt été bien gérée par ses partenaires dans un premier temps, Payet ayant même touché le montant gauche d'Ospina d'une superbe tête (35e), elle a tout de même changé le cours de la partie. Cueillis à froid juste après la pause par ce but splendide de Mounier, les Verts ont ensuite avant tout cherché à défendre le point du nul. Avant de céder. Coupable d'une relance très hasardeuse plein axe, Ebondo a servi Ben Saada qui, aux vingt mètres, a vu sa frappe légèrement déviée prendre à contrepied un Janot médusé (67e). Epuisés et incapables de réagir avec le seul Rivière en pointe, Sainté aurait même pu en prendre un troisième si Mounier (65e), Ben Saada (81e) et Mouloungui (90e+3) avaient eu plus de réussite. Un peu plus de deux mois après son premier revers de la saison, au Parc des Princes face au PSG (1-3), l'ASSE goûte à nouveau à la défaite. Malgré Payet.