Saint-Raph' monte d'un Krantz

  • A
  • A
Saint-Raph' monte d'un Krantz
Partagez sur :

Quatrième du dernier championnat, Saint-Raphaël continue de grandir. Présent lors du trophée des champions, ce week-end à Monaco, le club varois espère continuer son ascension cette saison, avec notamment les arrivées de David Juricek et Geoffroy Krantz. Après quatre années passées en Allemagne, ce dernier revient avec de l'ambition.

Quatrième du dernier championnat, Saint-Raphaël continue de grandir. Présent lors du trophée des champions, ce week-end à Monaco, le club varois espère continuer son ascension cette saison, avec notamment les arrivées de David Juricek et Geoffroy Krantz. Après quatre années passées en Allemagne, ce dernier revient avec de l'ambition. "Saint-Raphaël est un club qui veut accéder au très haut niveau, à la Ligue des champions. Et moi j'ai bien envie de rejouer la Ligue des champions aussi". Voilà qui annonce un mariage heureux. Quatrième du championnat depuis deux saisons, Saint-Raphaël aspire à continuer sa progression. Pour parvenir à ses fins, le club varois a donc réalisé un mercato intelligent, en s'adjoignant les services de Mykola Stetsyura, arrière droit ukrainien, mais surtout de David Juricek, le pivot de Montpellier, et de Geoffroy Krantz. Pour ce dernier, après quatre années passées à Gummersbach, c'est un retour au pays, lui qui a passé sept ans à Montpellier, de 2000 à 2007. "Ça s'inscrit bien dans mon plan de carrière", explique l'arrière polyvalent. Et quatre saisons passées Outre-Rhin, ça change quoi ? "J'ai vieilli, sourit-il. Plus sérieusement, j'aborde les matches autrement. Je me suis aguerri un peu en défense. Beaucoup même. J'ai beaucoup appris sur la gestion de la pression, et tactiquement, j'ai pu progresser aussi". "On ne veut pas passer pour des « pinpins »" Tout bénèf' pour l'effectif de Christian Gaudin, à qui les dirigeants n'ont pas forcément fixé d'objectifs précis. "Le club veut progresser, commente Krantz. Il faut s'inscrire dans la continuité de ce qu'ils ont fait ces derniers temps. Ils ont fait deux fois quatrièmes, donc c'est soit finir quatrième encore, ou un petit plus haut. Troisièmes, deuxièmes... mais on va ne va peut-être pas aller gratter Montpellier (rires)". Plus personnellement, l'ancien Héraultais ne veut pas se mettre en avant. "Je n'ai pas d'objectif individuel. Si je peux être bon ça me réjouira. Si je suis un peu moins bon, mais que les résultats du club sont très bons, ça sera très bien aussi", précise-t-il. Pour ce qui est de l'équipe de France, avec qui il compte 32 sélections, et un titre de champion d'Europe en 2006, le Giennois n'y pense plus. "Il y a des nouveaux joueurs qui arrivent, comme Barachet, Accambray. Ils sont en place. S'il faut dépanner, je suis là, ça me ferait plaisir. Mais je ne joue pas pour ça. Je donne le meilleur ici, et si ça peut dépanner en équipe de France, j'en serai ravi". Mais avant d'entamer une saison qui s'annonce passionnante, il y a ce Trophée des champions, qui réunit Montpellier, Chambéry, Nantes, et donc Saint-Raphaël. L'occasion de se frotter à Chambéry, en demi-finale. "On n'y va pas pour rigoler. Ça va passer à la télé. On ne veut pas faire de mauvais matches, et passer pour des « pinpins » devant tout le monde", prévient Krantz, qui ne veut pas penser à d'éventuelles retrouvailles avec Montpellier, en finale. "Qu'on se dépatouille de Chambéry ça sera déjà bien. Et il faut aussi que Montpellier gagne contre Nantes, ce n'est pas gagné. Sinon on peut faire la 3-4 contre Montpeul (rires)".