Saint-Etienne piétine

  • A
  • A
Saint-Etienne piétine
Partagez sur :

Les hommes de Galtier n'ont pas profité de la nouvelle contre performance des Parisiens, la veille devant Lorient (0-0), pour se rapprocher de la 5e place, synonyme de qualification éventuelle pour la Ligue Europa. Saint-Etienne s'est contenté dimanche du nul à domicile devant Valenciennes (1-1). Les Nordistes, eux, se retrouvent 15e, à deux points des Monégasques, 18e.

Les hommes de Galtier n'ont pas profité de la nouvelle contre performance des Parisiens, la veille devant Lorient (0-0), pour se rapprocher de la 5e place, synonyme de qualification éventuelle pour la Ligue Europa. Saint-Etienne s'est contenté dimanche du nul à domicile devant Valenciennes (1-1). Les Nordistes, eux, se retrouvent 15e, à deux points des Monégasques, 18e. Comme dit la rengaine, ce nul n'arrange personne. Alors que l'on renifle nettement le parfum de la fin de saison, les points valent de plus en plus cher, sauf pour les équipes dites du «ventre mou » du classement. Ce qui n'était pas le cas de Saint-Etienne et Valenciennes, en duel sur le pré forézien pour le compte de la 29e journée. En concédant le nul (1-1), les hommes de Galtier ont mis en danger leurs espoirs d'accrocher le Top 5, pour une éventuelle place en Ligue Europa la saison prochaine. De leur côté, les protégés de Philippe Montanier ne possèdent qu'un maigre matelas de deux points sur les Monégasques, 18e, pour avoir enregistré un cinquième nul sur leurs six dernières sorties. Si le coach nordiste et ses adjoints se tapaient dans la main à la fin de la rencontre, ils nourrissaient également des regrets au vu du nombre d'occasions de but de leurs joueurs. Dans le premier quart d'heure, Janot dut sortir le grand jeu pour détourner les tentatives de Dossevi (2e) et Cohade, sur coup franc (14e). VA « gâchait» encore une belle opportunité par Dossevi. L'ex-Manceau n'était pas assez tranchant sur son crochet intérieur pour dribbler Janot (67e). Dans la foulée, Kadir, le revenant, voyait son tir tutoyer le montant gauche stéphanois (68e). Il aura en revanche suffi à Pujol d'une première frappe, à 20 mètres, pour faire trembler les filets en début de seconde période (0-1, 51e). L'égalisation stéphanoise signée Payet quelques minutes plus tard, d'un précis intérieur du pied droit (1-1, 58e), n'était que justice pour le peuple vert qui s'était levé sur la transversale repoussant un tir du Réunionnais (40e). Auparavant, Penneteau avait claqué un missile de Sako (35e), alors qu'Alonso avalait la feuille de match sur le tard (80e). Attention de ne pas regretter ces approximations à la fin du mois de mai.