Saint-Cyr au bord du gouffre

  • A
  • A
Saint-Cyr au bord du gouffre
Partagez sur :

Alors que la lutte pour le maintien fait rage, Saint-Cyr pourrait bien disparaître de la carte de lui-même. Le président du club, Christophe Bouhour, a annoncé lundi qu'il se désengagerait en fin de saison, aussi bien humainement, que financièrement. Le dirigeant déplore le manque d'engagement des collectivités, et son retrait met sérieusement en doute l'avenir du club.

Alors que la lutte pour le maintien fait rage, Saint-Cyr pourrait bien disparaître de la carte de lui-même. Le président du club, Christophe Bouhour, a annoncé lundi qu'il se désengagerait en fin de saison, aussi bien humainement que financièrement. Le dirigeant déplore le manque d'engagement des collectivités, et son retrait met sérieusement en doute l'avenir du club. "Ma décision est prise. Je compte vraiment m'arrêter. Maintenant, s'il y a un miracle, je continuerais." Christophe Bouhour jette l'éponge. Alors que sa première saison en LNH n'est pas encore terminée, le président du Saint-Cyr Touraine, onzième au classement, a annoncé, lundi, à ses joueurs et à l'ensemble du staff technique tourangeau qu'il stopperait son engagement humain et financier en fin de saison. Dans une interview accordée à La Nouvelle République, le dirigeant justifie sa décision en pointant du doigt le manque d'investissement des collectivités locales. "Pour la saison en cours, nous avons les conventions avec la ville de Saint-Cyr, le conseil général et le conseil régional. Mais nous n'avions pas la plus importante, celle de Tours, lance Bouhour, avant de détailler. Jean Germain (le maire de Tours, ndlr), lors d'une réunion avec Philippe Briand (maire de Saint-Cyr), m'avait promis une aide de 180.000 euros (150.000 + 30.000 euros). On avait reçu une lettre d'intention à 130.000 euros. On a reçu deux fois 50.000 euros. Je me suis rapproché de Philippe Briand jeudi. Il est allé à la pêche aux informations et il m'a répondu qu'il n'y avait plus d'argent..." Bouhour: "Le plaisir devient absent" Un trou dans la caisse, que le président ne veut plus combler. "Si c'était un nouvel effort ponctuel, je pourrais encore y réfléchir, mais on s'aperçoit que, malheureusement, ce n'est pas ça, souffle le dirigeant, désabusé. J'aime conduire les projets d'hommes si je peux y trouver du plaisir. Aujourd'hui, ce ne sont que des emmerdements. Et là, je n'en peux plus. J'y bouffe un tiers de mon temps, j'y consacre une partie significative de mon argent. Et le plaisir devient absent... C'est con !". Tout juste sera-t-il disponible pour un éventuel repreneur: "Pour effectuer la transition, oui. Pas plus." Un retrait qui devrait avoir de lourdes conséquences pour le club, qui risque tout simplement d'être rayé de la carte au niveau professionnel. Voilà pourquoi Christophe Bouhour a décidé de prévenir le club aussi tôt: "Parce que si quelqu'un veut se lever pour reprendre ce projet derrière moi, c'est maintenant qu'il faut que j'en parle. [...] Si ce n'est pas le cas, je veux que les gens aient la possibilité de se retourner suffisamment tôt." Pas sûr que dans ces conditions, les joueurs aient vraiment le coeur à aller décrocher un maintien sportif désormais presque inutile...