Saint-André: "Inquiet pour le rugby"

  • A
  • A
Saint-André: "Inquiet pour le rugby"
Partagez sur :

C'est un Philippe Saint-André profondément abattu qui est apparu dimanche face à la presse à l'issue d'une défaite (15-12) toute en frustration du RC Toulon à Colombes face au Racing. Dénonçant l'incohérence de l'arbitrage de M. Marchat, le manager varois, à la veille de la "finale" européenne de son équipe face au Munster à Mayol, cachait mal son dépit.

C'est un Philippe Saint-André profondément abattu qui est apparu dimanche face à la presse à l'issue d'une défaite (15-12) toute en frustration du RC Toulon à Colombes face au Racing. Dénonçant l'incohérence de l'arbitrage de M. Marchat, le manager varois, à la veille de la "finale" européenne de son équipe face au Munster à Mayol, cachait mal son dépit. Philippe, on devine pas mal de regrets chez vous après cette courte défaite ? Des regrets ? Bien sûr ! Mais ça commence à devenir une habitude que d'avoir des regrets à l'extérieur. Ça commence à peser, je crois qu'on a vu deux très belles équipes du Top 14, un beau match de rugby. Quand tu joues un match de très haut niveau comme celui-là entre deux équipes aussi disciplinées et que tu as quinze pénalités à cinq, ce n'est pas cohérent. Je pense qu'au moins on méritait le match nul, surtout sur la fin, on n'a pas voulu nous le donner. Sur le drop de Jonny (Wilkinson, en fin de match), leur ouvreur est hors-jeu de 4 mètres, l'arbitre lui dit: « Attention, vous êtes hors-jeu ». Jonny est contré et il n'y a pas pénalité. Le problème, c'est que quand tu es entraîneur, tu réclames de la logique et là, il n'y a aucune logique. C'est dommage, on prend un point. Ce soir, j'ai un vestiaire dépité, triste, dégoûté. Après, il faut féliciter le Racing. Ils ont bien joué le coup. Contre Biarritz (victoire 38-26), vous vous félicitiez de la cohérence de l'arbitrage, ce soir, ce n'est plus le cas ? Mais le problème, c'est qu'on veut de la cohérence. S'il (l'arbitre) se trompe durant quatre-vingt minutes, il n'y a pas de problèmes, mais qu'il se trompe des deux côtés. Il ne faut pas parler que de ça. Nous, on a essayé de jouer sur nos points forts ; on a manqué un peu de munitions en deuxième mi-temps pour essayer de mettre un peu plus de volume de jeu. En première période, on a réussi à mettre beaucoup de vitesse, mais on n'a pas assez scorer. La seule chose, c'est que les joueurs ne comprennent pas parce qu'eux aussi veulent de la cohérence. "Tu te demandes si tu es dans le vrai..." Un match dans lequel on assiste à huit drops ou tentatives de drops(voir par ailleurs), c'est l'expression de défenses vraiment beaucoup plus fortes ? Oui, ils étaient bien en place, il fallait essayer de marquer sur nos temps forts et vu qu'on a eu que cinq pénalités, il fallait bien marquer des points. Donc on a tenté des drop-goals. Après, Jonny rate une pénalité qu'on n'a pas l'habitude de le voir louper, à 22 mètres en face, et on s'est débarrassé une ou deux fois trop vite du ballon en seconde période. Il y a eu aussi beaucoup d'engagement physique de la part de deux équipes bien organisées offensivement et bien en place. Mais le match nul aurait été honnête. Dans les dernières minutes, vous sembliez viser la victoire... Comme ils sont très lourds, on voulait les jouer large-large. En fin de match, on essaye de le faire et puis sur un ballon lent, Jonny vient pour le drop-goal et on essaye de faire match nul... C'est dommage. On était venu essayer de faire un bon match, on le fait avec une grosse débauche d'énergie et énormément d'envie. On parle de discipline, de maîtrise, on ne travaille que ça et on prend quinze pénalités à cinq, c'est dur à avaler. On vous sent très marqué par cette défaite... Marqué, oui, parce qu'à chaque fois, on est prêt de gagner à l'extérieur contre les grosses cylindrées et on revient avec zéro ou un point. Et vu qu'on a perdu deux matches à domicile en début de saison, il nous manque des points. On ne peut pas calculer, le Top 14 est trop important. Il faut qu'on termine dans les six premiers pour être encore européens la saison prochaine. Je pense que sur ce qu'on démontre depuis un mois et demi, deux mois, on mérite beaucoup plus que ce qu'on récupère. Mais on va continuer parce qu'on est ambitieux, on a envie de jouer un rugby positif parce que c'est ma stratégie et que je vois le rugby comme ça. Mais des fois, tu te dis, il n'y a qu'à faire des tas et monter des chandelles durant 80 minutes. Tu te demandes si tu es dans le vrai... Vous êtes inquiet aujourd'hui ? Ce que je dis parfois, inquiet pour le rugby français, oui. Parce que tu es plus pénalisé quand tu joues que lorsque tu ne joues pas. Et bizarrement, en Coupe d'Europe, les mecs nous disent: « Vous jouez bien. » Il va falloir remobiliser vos joueurs pour le choc décisif face au Munster dimanche... Ils sont très déçus, mais je leur ai dit que j'étais très fier d'eux, que si on continuait sur cette voie, à un moment donné, un jour ou l'autre, ça allait payer, je l'espère. Il va falloir positiver, il y a un match énorme à Mayol face au Munster, mais j'ai un groupe vraiment affecté.