Saint-André, c'est l'heure !

  • A
  • A
Saint-André, c'est l'heure !
Partagez sur :

A huit semaines du coup d'envoi face à l'Italie d'un Tournoi, qui verra l'équipe de France étrenner son statut de vice-championne du monde, Philippe Saint-André se soumet vendredi, depuis Marcoussis, à son premier grand oral dans la peau du nouveau sélectionneur des Bleus. L'occasion pour "PSA" de détailler les premières grandes orientations de son projet.

A huit semaines du coup d'envoi face à l'Italie d'un Tournoi, qui verra l'équipe de France étrenner son statut de vice-championne du monde, Philippe Saint-André se soumet vendredi, depuis Marcoussis, à son premier grand oral dans la peau du nouveau sélectionneur des Bleus. L'occasion pour "PSA" de détailler les premières grandes orientations de son projet. A la veille de ce qui s'apparentera vendredi, à l'occasion de son audition devant le comité directeur de la Fédération française (FFR) et dans la foulée de sa première conférence de presse officielle donnée depuis Marcoussis, à son premier grand oral dans sa nouvelle fonction de sélectionneur de l'équipe de France, Philippe Saint-André a choisi de réunir dès jeudi, au CNR, ses deux adjoints Yannick Bru, entraîneur des avants de Toulouse, et Patrice Lagisquet, directeur du rugby de Biarritz. Ce dernier, fort de l'accord passé entre son club du Biarritz Olympique et la FFR, avait mercredi officialisé sa nomination auprès de "PSA". L'occasion pour les trois techniciens d'évoquer le nouveau projet autour des Bleus à huit semaines du coup d'envoi du prochain Tournoi des Six Nations face à l'Italie au cours d'une première réunion de travail au terme de laquelle Bru, comme Lagisquet, en vertu des accords passés, rejoindront leur club respectif tous deux engagés en H Cup ce week-end. Pas à pas, malgré les vicissitudes liées notamment à son casting de choix, l'ère Saint-André s'ouvre forte d'un incontestable héritage, quel que soit le bilan dressé de l'action de son prédécesseur, avec ce statut de vice-champion du monde à assumer et à faire fructifier. Comme Bernard Laporte en 1999, l'ancien capitaine des Bleus prend en main le destin d'une équipe vice-championne du monde, battue de peu en finale par la Nouvelle-Zélande (8-7). Si la victoire lors de la prochaine édition de la Coupe du monde en Angleterre en 2015 sera le grand objectif de son mandat, le "Goret" doit faire face aux dilemmes inhérents à la prise du poste: que faut-il changer et que faut-il préserver ? Autour de Dusautoir... Au rayon des changements, Saint-André a d'ores et déjà fait valoir, comme à l'occasion de chacune de ses expériences en club, de Gloucester à Bourgoin (2002-2004) en passant par Sale (2004-2009) et Toulon (2009-2011), sa capacité à bien s'entourer et à déléguer tout en étant capable de tout contrôler sur le terrain comme en dehors. La composition du staff qu'il intronisera vendredi est ainsi marquée de sa patte avec ces hommes reconnus pour leur compétence que sont Lagisquet et Bru. Annoncés respectivement comme entraîneur des arrières et entraîneur des avants, Lagisquet et Bru seront mis à la disposition du XV de France pendant les matches du Tournoi des Six Nations, tout en honorant leurs contrats avec leur club jusqu'à la fin de la saison 2011-2012. "Dans un premier temps, (Patrice Lagisquet) participera au Tournoi des Six Nations 2012 au sein du staff tricolore pour l'intégrer définitivement dès le mois de juin prochain", a fait savoir mercredi le Biarritz olympique dans un communiqué. Dans le cas de Bru, le président de Toulouse, René Bouscatel, a également confirmé un accord avec la FFR. Les deux futurs adjoints seront sous contrat avec la FFR à l'issue de la saison en cours. Omniscient, Philippe Saint-André devrait cumuler les postes de sélectionneur et de manager. Du coup, se pose la question du rôle de Jo Maso, managé depuis 1995, qui souhaite continuer jusqu'à la tournée en Argentine en 2012. Une période transitoire en question, même si le président Camou prévoit déjà de reconvertir le bon vieux Jo en président du comité de sélection de l'équipe de France (voir Camou en redemande). En revanche du staff de Marc Lièvremont, peu resteront. Un temps pressenti pour s'occuper des arrières, l'entraîneur du jeu au pied, Gonzalo Quesada, s'est engagé avec le Racing-Métro. Le cas du responsable de la défense, David Ellis devra être tranché. Quant à Didier Retière et Emile Ntamack, ils réintègrent la Direction technique nationale. En manager pragmatique, "PSA" devrait s'appuyer sur l'expérience du Mondial 2011 pour bâtir l'avenir immédiat du XV de France, c'est-à-dire les joueurs, dont le capitaine Thierry Dusautoir, et le plan de jeu basé sur la conquête et la défense. Le nouveau sélectionneur l'a confirmé lors d'une interview donnée sur Canal+ samedi dernier: Dusautoir, meilleur joueur IRB de l'année 2011 demeurera le capitaine du XV de France en 2012. Dans l'optique d'être compétitif pour le Tournoi, le sélectionneur devrait s'appuyer en majeure partie sur l'ossature mise en place par Lièvremont. Aux anciens, tels que la deuxième ligne Lionel Nallet (35 ans), il l'a dit: l'âge ne sera pas un critère de sélection dans un premier temps. Le nouveau patron des Bleus a annoncé qu'une première liste de joueurs très élargie pourrait être communiquée dans le courant du mois de décembre. Avant qu'il n'entame prochainement un tour de France des clubs pour rencontrer les entraîneurs du Top 14 dans la perspective de découvrir de "nouveaux talents".