Sagan se bonifie déjà

  • A
  • A
Sagan se bonifie déjà
Partagez sur :

Il aura fallu attendre les derniers instants du Tour de Pologne pour en connaître le vainqueur. Peter Sagan, 2e du classement général à l'aube de la dernière levée courue dans les rues de Cracovie, est parvenu grâce aux bonifications, et notamment celles provenant de sa deuxième place à l'arrivée, à chiper le maillot jaune à Daniel Martin. Si le Slovaque a déjà, à 21 ans, tout d'un grand, Marcel Kittel, lauréat samedi de son quatrième bouquet de la semaine, s'annonce lui comme le sprinteur du futur.

Il aura fallu attendre les derniers instants du Tour de Pologne pour en connaître le vainqueur. Peter Sagan, 2e du classement général à l'aube de la dernière levée courue dans les rues de Cracovie, est parvenu grâce aux bonifications, et notamment celles provenant de sa deuxième place à l'arrivée, à chiper le maillot jaune à Daniel Martin. Si le Slovaque a déjà, à 21 ans, tout d'un grand, Marcel Kittel, lauréat samedi de son quatrième bouquet de la semaine, s'annonce lui comme le sprinteur du futur. Le Tour de Pologne, l'une des épreuves World Tour les moins glamours disputée dans la foulée du surmédiatisé Tour de France, a connu cette année un dénouement à en perdre haleine. Débutée dimanche dernier, la course s'est achevée ce samedi à Cracovie avec la victoire finale de Peter Sagan qui, quelques mètres avant de franchir la ligne d'arrivée, comptait toujours une seconde de retard sur le maillot jaune Daniel Martin, lauréat de l'édition 2010. Le Slovaque, distancé par l'Irlandais la veille dans les derniers hectomètres de la bosse menant à Bukowina Tatrzanska, pointait encore à trois secondes du coureur Garmin ce matin avant les 128 derniers kilomètres au programme. Sur un circuit pas assez exigeant pour créer des écarts entre les meilleurs, Sagan savait, comme Marco Marcato classé dans le même temps que lui, que son salut passait par les bonifications. Et à ce jeu-là, le jeune prodige de l'équipe Liquigas a excellé. En prenant déjà la deuxième place, derrière Heinrich Haussler, du sprint intermédiaire situé à 30 kilomètres de l'arrivée. Alors revenu à une seconde de Martin, le champion national de Slovaquie devait toujours finir à l'une des trois premières places de l'étape pour s'adjuger le classement général final, à condition également de terminer devant Martin et Marcato. Chose qu'il allait réussir avec brio puisque, bien emmené dans l'emballage final par sa garde verte, le coureur révélé l'an dernier sur Paris-Nice parvenait à couper la ligne en deuxième position, avec le poing levé pour signifier sa satisfaction d'avoir réussi son coup. A 21 ans, Sagan, déjà vainqueur du classement général Tour de Sardaigne cette saison, a ainsi remporté sa plus grande course par étapes d'une jeune carrière qui s'annonce pleine de succès. Dans un registre un peu différent, celui du pur sprinteur, Marcel Kittel peut lui aussi aspirer à glaner de nombreuses victoires. L'Allemand de Skil-Shimano, âgé pour sa part de 23 ans, a régné sur les sprints massifs en Pologne. Lauréat des trois premières étapes, cet ancien champion du monde du contre-la-montre en 2005 et 2006 chez les juniors s'est encore illustré samedi en s'offrant un quatrième bouquet. Méconnu il y a encore quelques jours, Kittel pourrait vite s'inscrire parmi les tout meilleurs sprinteurs du peloton.