Sagan récompensé

  • A
  • A
Sagan récompensé
@ Reuters
Partagez sur :

CYCLISME - Peter Sagan s'est adjugé la troisième étape du Paris-Nice 2010.

CYCLISME - Peter Sagan s'est adjugé la troisième étape du Paris-Nice 2010. Le doute régnait mercredi matin à l'aube de la troisième étape. Le départ, lui-même, était incertain. Les chutes de neige dans la région du Limousin ont finalement poussé les organisateurs à raccourcir la troisième étape de ce Paris-Nice 2010, qui s'est vue amputée de 53 kilomètres et de deux cols de troisième catégorie. Mais avec son col de troisième catégorie et trois de deuxième, dont le dernier positionné à trois kilomètres de l'arrivée, Boom (Rabobank), leader depuis le prologue, pouvait craindre de voir partir son maillot jaune sur les épaules d'un autre coureur. Sans oublier celui de meilleur grimpeur, porté par Mongel (Saur-Sojasun) depuis mardi soir, en grand danger à l'arrivée à Aurillac. Dans ce genre d'étape, la course est généralement nerveuse. Et si le peloton a pu contrer toutes les tentatives d'échappées dans les trente premiers kilomètres, le bon coup du jour intervient à 120 kilomètres du terme, avec un trio lancé par le Français Huguet (Skil-Shimano) suivi par deux coureurs belges, Maes (Quickstep) et Roelandts (Omega) avec une avance maximale de sept minutes à 80 km de la ligne. Mais sous l'impulsion des Caisse d'Epargne, l'écart diminue progressivement. Au pied de la côte de Sexcles, à 44 km, les trois hommes voient le peloton revenir à 4'46". La montée sera fatale avec une perte de plus de deux minutes en moins de cinq kilomètres. Mais tout n'est pas encore perdu pour Huguet, passé en tête des deux premiers cols de deuxième catégorie, parti à 23 kilomètres, avec Roelandts dans sa roue. Le seul objectif du Girondin: franchir la dernière ascension en tête, la côte de la Martinie située dans le final, et d'empocher par là même le maillot de meilleur grimpeur. Bien tenté mais espoir brisé par l'allant des Caisse d'Epargne, encore, secondés par les Cofidis et la Française des Jeux. Mongel conserve donc son maillot, grâce aux quelques points grappillés derrière. Voigt conserve son maillot jaune C'est donc un peloton groupé qui aborde le final et qui voit se profiler la côte de la Martinie et son kilomètre d'ascension à 7,2% de moyenne, située à trois km de l'arrivée. Une fin de course particulièrement nerveuse où tous les coureurs vont tenter de remonter en tête de course sur des routes tortueuses et très vallonnées. Tous les leaders sont là. Nicolas Roche (AG2R) part le premier, pourchassé par Sagan (Liquigas) et Rodriguez (Katusha). Avec leur vingt mètres d'avance, ils provoquent la réaction d'un homme, Alberto Contador. Un retour éclair dans leurs roues accompagné de Kreuziger (Liquigas), Voigt (Saxo), et Martin (Columbia). Le bon coup est parti. Derrière, la Caisse d'Epargne et notamment Leon Sanchez et Valverde sont piégés mais tentent de revenir. En vain. Devant, Contador qui a vu le trou relance de plus belle. Sans temps mort, le sprint est lancé et à ce petit jeu, le plus fort était sans nul doute Peter Fagan, le Slovaque de 20 ans. Cinquième du prologue et deuxième, mardi, battu par Bonnet (BBox), le champion du monde junior de cross-country remporte sa première grande victoire chez les pros. Il devance sur la ligne, Roche et Rodriguez et sera en vert au départ jeudi. Bien que sixième, Contador a pu montrer qu'il avait chassé les doutes qui semblaient l'habiter depuis deux jours. Le leader d'Astana a démontré sur ce petit kilomètre de montée qu'il n'aurait pas forcément de rival dans les grands cols. En revanche, ce fut une journée piège pour Lars Boom, excellent rouleur, qui peine dès que la route s'élève. Pourtant bien entouré par son équipe, le Néerlandais termine dans le deuxième groupe et lâche six secondes sur la ligne d'arrivée. Un écart qui l'oblige à céder sa tunique jaune, obtenue dimanche soir, au profit de Jens Voigt, quatrième aujourd'hui mais déjà deuxième au général au départ ce matin. L'Allemand devance le vainqueur du jour, Sagan, de 6 secondes, et Leon Sanchez, qui limite la casse à 9 secondes. Lars Boom descend à la sixième place (à 20") en compagnie de Contador. Valverde reste onzième et comptait mercredi soir dix secondes de retard sur son adversaire principal, Contador. Rémi Pauriol (Cofidis) apparaît comme le premier Français en prenant la quinzième place à 37". L'étape de jeudi et l'arrivée, à Mende, au sommet d'un col de première catégorie, devrait une nouvelle fois bouleverser le classement et Contador n'est peut-être qu'à 24h de revêtir la tunique jaune..