"S'il n'y a rien au bout..."

  • A
  • A
"S'il n'y a rien au bout..."
Partagez sur :

Retrouvez les réactions des principaux acteurs du match entre l'équipe de France et la Lituanie, dans le groupe E comptant pour le deuxième tour de l'Euro 2011, remporté ce vendredi soir à Vilnius par les Bleus (73-67).

Retrouvez les réactions des principaux acteurs du match entre l'équipe de France et la Lituanie, dans le groupe E comptant pour le deuxième tour de l'Euro 2011, remporté ce vendredi soir à Vilnius par les Bleus (73-67). Boris Diaw: "On est vraiment content, on a gagné en confiance. Même avec le public contre nous, on s'est serré les coudes et on a bien défendu. On n'a jamais douté. A un moment donné, on a eu un coup de moins bien physiquement et défensivement, ils en ont profité pour mettre quelques tirs. Mais on est bien revenu sur nos principes défensifs et ça a marché. Au niveau du classement, c'est parfait. On n'a pas encore perdu un match, il faut qu'on continue comme ça. Mais s'il n'y a rien au bout, ça ne veut ne rien. Quant à Nando (De Colo), il a été parfait. Avec la blessure de Mickaël Gelabale, on avait besoin d'aide à l'aile et il a su l'apporter." Tony Parker: "Contre la Turquie, on avait un peu tous marqués le coup physiquement mais aujourd'hui (vendredi), on n'était pas trop mal. On avait beaucoup parlé du premier quart-temps parce qu'on savait que la Lituanie aimait bien s'enflammer très vite et faire du match un All-Star Game. On a essayé de casser le rythme, de bien défendre, de mettre des coups. On a réussi à ce qu'ils ne prennent pas feu. Pourtant, la salle était bien chaude. On a vraiment fait un bon match, on a été solides. On a appliqué ce qu'on voulait faire, aussi bien offensivement que défensivement. On n'a pas paniqué même quand ils mettaient deux shoots de suite. On a joué notre jeu, tout simplement. Et dans le quatrième quart-temps, Nando (De Colo) a mis les tirs qu'il fallait. Il a été très bon. Depuis deux matches, on attendait qu'il se réveille un peu et qu'il soit agressif. C'est ce qu'il a fait ce soir en l'absence de Mickaël Gelabale. Pour moi, il a changé beaucoup de choses dans ce match. Il m'a enlevé un peu de pression, il m'a permis de me reposer et d'être plus frais dans le dernier quart quand je suis rentré." Florent Pietrus: "C'est le genre de rencontre que tout le monde attend. Jouer contre l'équipe locale n'est jamais évident. Mais avec nos prestations avant ce match-là, on avait acquis de la confiance. On a su faire preuve de maturité, de détermination. Même dans le troisième quart-temps, quand l'équipe a un peu douté, on a su garder la tête froide et entamer le dernier quart avec beaucoup plus de sérénité. C'était important de ne pas leur donner de confiance, de ne pas jouer sur l'euphorie, parce qu'à ce jeu-là on aurait sûrement perdu. Une fois de plus, on a montré que l'équipe de France a besoin de défendre pour jouer et gagner des grands matches. Là, on est sûrs de terminer premiers ou deuxièmes. Contre l'Espagne, dimanche, il y aura beaucoup moins de pression." Steed Tchicamboud: "Je suis franchement très content de ce qu'a fait Nando ce soir. Je l'attendais depuis le début de l'Euro à ce niveau-là et là, il nous sort un match au bon moment. Moi, je l'ai connu comme ça à Cholet et je suis heureux d'avoir retrouvé le Nando que je connais. Je l'ai toujours vu en réussite et sur les premiers matches qu'on a joués ici, ce n'était pas le vrai Nando. Mais ceux qui le connaissent bien savent qu'il ne doute jamais." "C'était nous contre le monde entier" Nicolas Batum: "Battre une telle équipe devant son public, ça montre que l'on passe un cap. Que l'on crée quelque chose. Il ne faut pas s'enflammer mais c'est bien pour la suite. Ce n'est qu'un match du deuxième tour. Si on perd en quarts, ça ne sert à rien. On joue l'Espagne, et après il y aura trois matches encore à disputer pour faire quelque chose de grand. Que la France n'a jamais fait. Donc il faut rester concentré. On n'est pas champion d'Europe, ni qualifié pour les Jeux." Joakim Noah: "On avait l'impression que c'était nous contre le monde entier. Mais Nando (De Colo) a été super. Il n'a pas beaucoup joué. Et il a sorti un gros match. On avait besoin de lui. Il a mis des paniers importants. C'est beau. C'est ce que représente cette équipe. On a besoin de tout le monde. [...] Marquer les esprits, c'est bien. Mais il faut gagner les matches. On reste concentré sur ce que l'on veut. Et on en veut plus. J'ai beaucoup de chance de pouvoir jouer dans un tel environnement. C'est pour cela que je m'entraîne." Vincent Collet: "Cette victoire nous fait très plaisir. Elle a été acquise de haute lutte sur nos valeurs d'équipe. Le travail défensif, c'est toujours un travail collectif. Il fallait empêcher cette salle de s'enflammer. On l'a fait jusqu'au bout. Joakim (Noah) a fait son plus gros match. Il a eu un abattage énorme. A la fois dans la dissuasion et au rebond. Et les apports de Flo Pietrus, qui vient comme un tigre... Il faut garder cette attitude. C'est notre meilleure garantie. En quarts, on jouera une équipe qui aura sûrement souffert et n'aura rien à perdre. On ne voulait pas croiser la route des Espagnols avant un certain moment. On avait décidé avant de jouer le match à fond après avoir vu l'Espagne cette après-midi. C'était de toute manière un excellent test pour les prochains matches. Je ferai tourner davantage contre l'Espagne."