Rui Costa, première !

  • A
  • A
Rui Costa, première !
Partagez sur :

Rui Alberto Faria Da Costa a remporté ce samedi la huitième étape du Tour de France à Super-Besse, résistant au retour de Vinokourov et des favoris du Tour lors de cette première arrivée en altitude. Le coureur de Movistar est le cinquième Portugais à remporter une étape sur la Grande Boucle. Hushovd conserve son maillot jaune.

Rui Alberto Faria Da Costa a remporté ce samedi la huitième étape du Tour de France à Super-Besse, résistant au retour de Vinokourov et des favoris du Tour lors de cette première arrivée en altitude. Le coureur de Movistar est le cinquième Portugais à remporter une étape sur la Grande Boucle. Hushovd conserve son maillot jaune. La bataille attendra. Si Contador a bien tenté sa chance à quelques hectomètres du but, l'attaque de l'Espagnol n'a pas permis de creuser un écart susceptible de grappiller un peu de son retard. Les deux derniers kilomètres vers Super-Besse, aussi durs soient-ils sous la pluie et un fort vent de face, n'étaient pas suffisant. Il faudra donc patienter jusqu'aux Pyrénées. Ce calme a souri à un homme, Rui Alberto Faria da Costa. Le coureur de l'équipe Movistar, échappé dès les premiers kilomètres avec Riblon (AG2R La Mondiale), Zandio (Sky), Engels (Quick Step), Van Garderen (HTC), Gautier (Europcar), Kolobnev (Katusha), Zingle et El Farès (Cofidis) a su résister aux retours des audacieux dont Alexandre Vinokourov. Après avoir lancé Tiralongo en contre pour bénéficier d'un point d'appui, le Kazakh a bien cru pouvoir s'offrir une nouvelle étape tout en rêvant d'un maillot jaune qu'il n'a jamais porté. Hushovd résiste, Gesink craque Onzième à 32 secondes d'Hushovd ce samedi matin, le leader d'Astana a repris un à un les derniers échappés matinaux, notamment un costaud Van Garderen avant de buter sur Rui Costa, grand bénéficiaire des ultimes contres et tentatives individuelles de ses comparses. Son attaque à l'entame de la dernière bosse du jour aura été décisive, suffisante pour s'offrir une première victoire sur un Grand Tour, après avoir remporté le Tour de la Confédération de Madrid cette saison ou les Quatre Jours de Dunkerque en 2009. Ne perdant que peu de terrain sur "Vino", le Portugais a dû toutefois surveiller avec angoisse les attaques des audacieux du peloton. Comme attendu, Gilbert a tenté sa chance sans succès, se consolant toutefois par la prise du maillot vert. Cunego et Contador donc ont également tenté de se faire la belle, sans succès. Seuls costauds à avoir craqué, le Néerlandais Robert Gesink et le Tchèque Roman Kreuziger ont vécu une journée bien difficile sous la pluie auvergnate. Attendu par ses équipiers, le maillot blanc n'a pu s'accrocher jusqu'au bout, concédant 1'23 sur le vainqueur du jour, 1'12 sur les favoris. Kreuziger, lui, a cédé 20 minutes, terminant au courage. Hushovd, lui, peut sourire. Toujours aussi résistant sur les étapes vallonnées et petites ascensions, le Norvégien est parvenu à rester dans le groupe des favoris pour conserver son maillot jaune. Costaud !