Rudisha arrive sur le trône

  • A
  • A
Rudisha arrive sur le trône
Partagez sur :

Détenteur du meilleur chrono de tous les temps sur 800m, le jeune Kényan a remporté mardi à Daegu son premier titre de champion du monde en 1'43"91. David Rudisha a devancé le Soudanais Kaki et le Russe Borzakovskiy. Du côté de l'heptathlon, l'or est arrivé autour du cou de Tatyana Chernova, Antoinette Nana Djimou terminant finalement à la 7e place. A la perche, Isinbaeva a raté le podium.

Détenteur du meilleur chrono de tous les temps sur 800m, le jeune Kényan a remporté mardi à Daegu son premier titre de champion du monde en 1'43"91. David Rudisha a devancé le Soudanais Kaki et le Russe Borzakovskiy. Du côté de l'heptathlon, l'or est arrivé autour du cou de Tatyana Chernova, Antoinette Nana Djimou terminant finalement à la 7e place. A la perche, Isinbaeva a raté le podium. Les records, c'est bien, les titres, c'est encore mieux. David Rudisha a fait sa place dans l'athlétisme le 29 août 2010 en effaçant des tablettes le record du monde de Wilson Kipketer pour 10 centièmes. Un an, quasiment jour pour jour, après avoir couru le 800 m de Rieti en 1'41"01, le Kényan a confirmé à Daegu qu'il était bien le meilleur spécialiste de la discipline. A 22 ans, il s'est offert son premier titre mondial sur le sol sud-coréen dans un chrono assez modeste au vu de son potentiel (1'43"91), devançant le Soudanais Abubaker Kaki (1'44"41) et le Russe Yuriy Borzakovskiy, le champion olympique d'Athènes (1'44"49). Avec cette médaille d'or, David Rudisha rend une copie parfaite en 2011 invaincu avant ce 30 août lors des onze 800 m qu'il a disputés. Cinq ans après son titre junior à Pékin, il est logiquement récompensé chez les séniors à l'issue d'une course totalement maîtrisée. Le Kényan appliqua une tactique simple. Il se porta à l'avant aux 200 m pour ne plus lâcher la tête grâce à une première accélération amorcée au dernier virage avant un deuxième coup de rein pour faire le vide autour de lui. Un vrai patron, quoi. Hepatathlon: Pas de miracle pour Nana Djimou La marche était trop haute pour Antoinette Nana Djimou Da. La championne d'Europe indoor en titre a raté le podium des Mondiaux de Daegu malgré une belle remontée au classement (11e à 5e place) ce mardi matin après l'épreuve du javelot qu'elle a dominée. Outre le fait d'avoir été handicapée par une blessure lors de la première journée, elle savait de toute façon que le 800 m ne lui sourirait pas. "C'était très difficile mais je me suis dit que je n'étais pas venue ici pour rien donc je voulais finir. Quand on veut quelque chose on peut l'avoir. Quand je vois ce que j'ai fait en étant à 40%, ça fout un peu les boules. Je sais que je pouvais mieux faire", lâchera-t-elle à chaud devant les caméras de France Télévision. Huitième de sa série (2'28"74), Nana Djimou Da prend la 7e place au final. La médaille d'or est revenue à la Russe Tatyana Chernova, l'argent à la Britannique Jessica Ennis et le bronze pour l'Allemande Jennifer Oeser. Perche (M): Murer sacrée, l'échec d'Isinbaeva Privée de médaille lors de ses trois premiers championnats du monde, Fabiana Murer a su déjouer les pronostics ce mardi à l'occasion de la finale du saut à la perche féminine. Annoncée dans l'ombre de la championne du monde en titre Anna Rogowska (seulement 10e avec un saut à 4,55 m) et de la revenante Elena Isinbaeva, la Brésilienne s'impose après avoir franchi 4,85 m, record d'Amérique du Sud. L'Allemande Martina Strutz (4,80 m) et la Russe Svetlana Feofanova (4,75 m) complètent le podium. Deux ans après son zéro pointé de Berlin, Yelena Isinbaeva n'est pas parvenue de son côté à retrouver un podium mondial,. La Russe, double championne olympique et recordwoman du monde, retrouvait la compétition cette année après une pause en 2010. Elle a échoué à deux reprises à 4,80 m, après avoir déjà manqué une barre à 4,70 m. 400 m haies (M): F. Sanchez qualifié Pour son anniversaire (34 ans), Felix Sanchez a réussi a se qualifier directement pour la finale du 400m haies, en finissant deuxième de sa demi-finale. Le coureur dominicain a fait part de sa satisfaction au micro de France 2. "Je me sens très bien en ce jour d'anniversaire, je me suis qualifié pour cette finale. J'ai pu finir deuxième et donc être qualifié directement". Ce dernier en a profité pour adresser un message d'admiration à son modèle Stéphane Diagana. "J'espère qu'il va se remettre de son accident. Je l'admire pour sa longévité et je vais essayer de faire aussi bien que lui". À noter également la bonne performance du Portoricain Javier Culson, vice-champion du monde à Berlin il y a deux ans, et meilleur temps de ces demies, en 48.53 secondes. 3 000 m steeple (D): Zaripova haut la main La dernière championne d'Europe, Yuliya Zaripova, s'est distinguée ce mardi en remportant facilement la finale du 3 000 mètres steeple féminin. Avec un temps de 9'07"03, la Russe devance sur la ligne d'arrivée la Tunisienne Habiba Ghribi (9'11"97) et la Kényane Milcah Chemos Cheywa (9'17"16). 400 m haies (D): Demus domine les demies Vice-championne du monde à Helsinki, en 2005, et Berlin, en 2009, Lashinda Demus a dominé de la tête et des épaules les demi-finales du 400 mètres haies féminin. L'Américaine a réalisé le meilleur temps en 53"83, une demi-seconde de mieux que d'autres favorites telles que la Russe Natalya Antyukh (54"51) ou la Bulgare Vania Stombolova (54"72).