Roux: "Le vainqueur ? Mediapart"

  • A
  • A
Roux: "Le vainqueur ? Mediapart"
Partagez sur :

Interrogé sur LeJDD.fr, Guy Roux estime que la décision de suspendre François Blaquart de ses fonctions de directeur technique national est précipitée. "On n'a pas de certitudes, Mediapart n'est pas un procès-verbal officiel, assure-t-il. On ne devrait pas prendre de mesure tout de suite et attendre les résultats de l'enquête."

Interrogé sur LeJDD.fr, Guy Roux estime que la décision de suspendre François Blaquart de ses fonctions de directeur technique national est précipitée. "On n'a pas de certitudes, Mediapart n'est pas un procès-verbal officiel, assure-t-il. On ne devrait pas prendre de mesure tout de suite et attendre les résultats de l'enquête." Guy, que pensez-vous de la suspension de François Blaquart par le président de la FFF et Chantal Jouanno ? C'est une décision précipitée, on n'a pas de certitudes, Mediapart n'est pas un procès-verbal officiel. Ce qu'ils ont raconté, ils auraient bien pu le faire inventer par un rédacteur. On ne devrait pas prendre de mesure tout de suite et attendre les résultats de l'enquête. Personne n'a démenti les derniers propos rapportés par Mediapart... François Blaquart n'est pas obligé d'être au garde à vous devant Mediapart et de réagir en fonction de cela. Pour moi, ça n'est pas avéré. Je ne vais pas commencer à prononcer un jugement sur une hypothèse, comme l'ont fait le président de la Fédération et la ministre des Sports. L'immense vainqueur de cette affaire, c'est Mediapart, qui a une énorme campagne de publicité. Sur le fond, vous pensez qu'il faudrait des quotas pour les formations à l'INF Clairefontaine ? Nous sommes dans une République, où tous les Français sont égaux. Il n'y a aucun quota à mettre nulle part. C'est dommage qu'on se donne autant de mal pour former des joueurs pour les nations étrangères. Mais ça fait partie de l'héritage de la France, le Danemark n'a pas ces problèmes. Mais il faut l'assumer. Ces garçons font de très bons footballeurs, et ils sont nombreux à jouer dans les équipes de France, tout de même. On leur doit beaucoup. Laurent Blanc semble dire qu'il y a trop de profils "grands, costauds", et donc "blacks"... Aujourd'hui, la mode est aux Espagnols et au FC Barcelone. On dit que le football ça doit être en triangle, avec vivacité, dans les pieds. Mais on n'a rien inventé. Le Stade de Reims de 1958 jouait comme ça. Le football, on peut faire jouer tous les gabarits, on a besoin de grands comme de petits.