Roux, l'écorché vif

  • A
  • A
Roux, l'écorché vif
Partagez sur :

Avec un seul but au compteur depuis le début de la saison, Nolan Roux n'est plus aussi déterminant avec le Stade Brestois. En manque de confiance, l'attaquant breton s'agace et râle sur le terrain. A vouloir bien faire, il en fait trop, mais Alex Dupont l'aide pour gagner en maturité et utiliser au mieux ses talents de buteur. La venue de Sochaux samedi, lors de la 14e journée de Ligue 1, arrive à point.

Avec un seul but au compteur depuis le début de la saison, Nolan Roux n'est plus aussi déterminant avec le Stade Brestois. En manque de confiance, l'attaquant breton s'agace et râle sur le terrain. A vouloir bien faire, il en fait trop, mais Alex Dupont l'aide pour gagner en maturité et utiliser au mieux ses talents de buteur. La venue de Sochaux samedi, lors de la 14e journée de Ligue 1, arrive à point. Après un été perturbé par un transfert avorté et un début de saison décevant, Nolan Roux traverse une période compliquée. A l'image des résultats timorés de son club, l'attaquant brestois n'a marqué qu'un seul but en treize journées de Championnat. "On ne va pas le cacher, ce n'est pas un bon début de saison du tout. Un but, c'est vraiment maigre", reconnaît-il dans un entretien accordé au Télégramme. "C'est vrai que Nolan n'est pas dans une bonne période. En tout cas, on l'a connu dans de bien meilleures, analyse de son côté Alex Dupont, l'entraîneur du Stade Brestois. Mais c'est le lot de tous les jeunes joueurs. Il est encore inexpérimenté, il découvre et il s'aperçoit que la Ligue 1, c'est un niveau exigeant, notamment dans l'engagement." Dans l'attitude, Roux n'a rien à se reprocher. Volontaire et combatif, il s'accroche à ses principes pour enfin enclencher la dynamique. Mais l'agacement et la frustration le rattrapent. "Nolan joue pour marquer. Si elle le fuit, la confiance reviendra quand il fera peut-être un peu plus simple. Mais là, il force son jeu. Il tente des dribbles, des choses extrêmement compliquées, qui font qu'il s'échappe de l'essentiel, regrette Dupont, qui lui parle tous les jours à l'entraînement pour le rassurer. C'est peut-être parce qu'il se met en tête qu'il doit impérativement marquer. Et comme ça ne passe pas, il en veut à la terre entière." Buteur dans l'âme, l'attaquant breton ne rechigne pas à l'idée de remplir les tâches défensives, mais il attend autre chose, forcément: "Après, il y a ce que j'apporte à l'équipe, le pressing et tout, mais ça, c'est secondaire. Ce que je dois apporter à l'équipe, c'est marquer des buts. Si, en fin de saison, on me demande combien de buts j'ai marqué et que je dis trois, on va me dire: 'Et t'es attaquant?' Ben oui, mais j'ai pressé... Tu parles, on s'en fout." "Il faut que je me pose les bonnes questions et que je continue à bosser" Révélé en Ligue 2 avec quinze buts lors de la saison 2009-10, celle de la remontée dans l'élite, Roux n'a que trente matches de Ligue 1 dans les jambes. "C'est un jeune joueur qui a encore plein de choses à apprendre. Mais je ne suis pas inquiet de son mauvais passage", assure Alex Dupont. "C'est évident que je dois gagner en maturité. Si je n'ai marqué qu'un but, c'est qu'il y a des raisons, concède Roux. Je ne doute pas de mes capacités mais il faut que je me pose les bonnes questions et que je continue à bosser." Un discours empreint de réalisme, avec une certaine idée des secteurs à améliorer: "Je dois peut-être mieux choisir mes moments, récupérer parfois. C'est vrai qu'avant, j'avais plus de liberté dans mes appels, on ne me suivait pas toujours. Là, je vois bien que dès que je bouge, j'en ai un, deux... C'est vrai que c'est plus difficile mais c'est aussi là que l'on progresse. C'est un cap à passer. C'est plus dur, il faut franchir ce palier." Il y a quasiment un an jour pour jour, Brest accueillait Sochaux et Roux marquait au cours de ce match le quatrième de ses six buts de la saison. Les Sochaliens sont de retour dimanche au Stade Francis-Le Blé, un rendez-vous important pour les Bretons et leur attaquant en particulier, puisqu'Eden Ben Basat, la recrue israélienne, pourrait être titulaire en pointe. Un cas de figure que Dupont n'écarte pas et il sait pourquoi: "Une perte de confiance n'est pas une force chez un joueur, quel qu'il soit. Il faut savoir montrer beaucoup de force de caractère. Cela signifie qu'il faut aussi être capable d'avaler des moments difficiles dans une saison. Être blessé bien sûr, mais aussi remplaçant. Un passage sur le banc peut parfois permettre de rebondir et de bien repartir." Roux piqué au vif, un comble pour un écorché vif.