Rougerie: "Je ne m'affole pas"

  • A
  • A
Rougerie: "Je ne m'affole pas"
Partagez sur :

Son ASM à peine éliminée de la H Cup, Aurélien Rougerie n'a pas le temps de gamberger. Avant de rejoindre les Bleus pour le Tournoi vendredi, le capitaine clermontois aura à coeur ce mercredi de signer face au Racing, en visite à Marcel-Michelin, un succès devenu essentiel pour des Champions de France, soucieux de rebondir au plus vite, mais chez lesquels Rougerie concède avoir décelé "un peu de suffisance"...

Son ASM à peine éliminée de la H Cup, Aurélien Rougerie n'a pas le temps de gamberger. Avant de rejoindre les Bleus pour le Tournoi vendredi, le capitaine clermontois aura à coeur ce mercredi de signer face au Racing, en visite à Marcel-Michelin, un succès devenu essentiel pour des Champions de France, soucieux de rebondir au plus vite, mais chez lesquels Rougerie concède avoir décelé "un peu de suffisance"... Aurélien, l'échec en H Cup n'est-il pas au final un mal pour un bien ? Désormais le Top 14 est votre seule planche de salut... Evidemment, si on veut voir l'aspect positif des choses et rester optimiste, il est évident que ça va nous libérer pour le Top 14. Maintenant, on ne néglige pas le fait de jouer l'Amlin Cup (Challenge Européen, l'ASM se déplacera en quarts de finale à La Rochelle, ndlr), il va falloir essayer de bien figurer dans cette compétition parce que de belles équipes y ont été reversées. Mais pour revenir sur notre élimination en H Cup, c'est une déception parce qu'on aspirait vraiment à se qualifier pour ces quarts de finale une seconde fois consécutivement. Ça n'a pas été le cas, j'espère qu'on fera le nécessaire l'année prochaine. Si on y est... Cinquième du Top 14 avec seulement 3 points d'avance sur le 7e et premier club non qualifié pour les phases finales, l'ASM n'est sûre de rien cette saison. Julien Pierre, capitaine lors de la défaite (29-22) à Brive dans le derby déclarait: "On est des branleurs !". Symptomatique ? C'était à chaud, mais ça résume bien notre situation. Notre premier adversaire, c'est nous-mêmes. On donne beaucoup d'opportunités à nos adversaires pour se mettre en difficultés, et des fois on réagit, des fois on ne réagit pas. C'était le résumé ce soir-là de la colère de « Jupi » (Julien Pierre), qui a pu exprimer ce sentiment à travers une expression bien sentie... "Un peu de suffisance de notre part, c'est certain" Quand Clermont veut, Clermont donne l'impression de pouvoir renouer avec son niveau de la saison dernière... Encore faut-il le vouloir. N'est-ce pas un peu frustrant ? Oui, frustrant parce qu'on aimerait bien être efficace dès le début, ça nous éviterait des sueurs froides et de nous mettre en difficultés. Après, c'est compliqué d'être constants durant quatre-vingt minutes, donc il faut apprendre à mieux gérer nos temps plus faibles, même si c'est en début de match, avec plus de sérénité qu'on a su le faire jusqu'à présent. On est pratiquement dans la dernière ligne droite pour se qualifier pour une éventuelle nouvelle phase finale, il faut qu'on acquiert ça assez rapidement. Avant que le groupe n'éclate ces prochaines semaines à l'occasion des échéances internationales, ce match face au Racing à domicile prend une importance particulière... Une victoire nous permettrait de partir l'esprit un peu plus libre vers nos sélections respectives. C'est un match important évidemment parce qu'on le dispute à la maison, mais également parce qu'on aborde la fin de saison et que tous les points comptent encore plus aujourd'hui. Invaincus dans votre jardin de Marcel-Michelin, vous semblez victimes d'un syndrome à l'extérieur cette saison (1) Un syndrome, je ne sais pas... En tout cas, un peu de suffisance de notre part, c'est certain. Pour jouer à haut niveau et longtemps, je crois que ça suppose d'être un minimum exigeant envers soi-même et envers les autres. Voilà, je crois qu'on a tendance à laisser flotter un peu trop les rubans de ce point de vue... C'est la quatrième fois que vous jouez le Racing cette saison. Il y a quinze jours, à Michelin, en H Cup, cette équipe avec ses doublures avait mené à la pause avant de lâcher prise... Cette répétition de confrontations (2) peut-elle être préjudiciable, selon vous ? C'est en tout cas particulier, ça contribue, selon moi, à niveler les valeurs. Des outils probants, notamment l'analyse vidéo, permettent de décortiquer certaines stratégies ou même des comportements de joueurs. Et il y a de moins en moins de temps entre les rencontres. On risque de se neutraliser un peu. Ce sera de toute façon compliqué, le Racing a pour lui l'expérience de très bons joueurs, pour la plupart internationaux, avec de la densité physique, une équipe complète à tous points de vue, que ce soit en conquête, en défense ou en attaque, c'est une équipe brillante. A nous de trouver les brèches pour essayer de marquer les points le plus rapidement possible sans en concéder dix dès le départ, comme ça a pu nous arriver auparavant. Le contentieux entre les deux clubs depuis le barrage de la saison dernière a été ravivé par la polémique entre votre manager, Jean-Marc Lhermet, et Pierre Berbizier. Concerné ? Il y en a de toute façon à chaque match. Les contentieux extra-sportifs ne me concernent pas et je ne suis pas du tout sensible à ce genre de choses, ce ne sont pas mes ognons et je ne veux pas le savoir. "Une Coupe du monde ne se prépare pas en deux mois" Après ce match face au Racing, vous rejoindrez Marcoussis et le XV de France dès vendredi. Une confirmation pour le Tournoi après les tests de l'automne. Pensez-vous avoir convaincu au centre à cette occasion ? Je ne sais pas parce que ça a été une série de tests particulière, assez difficile, notamment avec ce dernier match face aux Australiens. Il y a beaucoup de choses qui doivent être revues sur les prestations qu'on a pu fournir et se tourner rapidement sur les échéances à venir en continuant à travailler avec de l'humilité. J'espère qu'ils feront jouer les meilleurs, et puis « basta », si c'est moi, tant mieux, et si c'est un autre, je continuerai à travailler. Néanmoins, vous voir préféré à des joueurs spécialistes du poste tels que Bastareaud ou Fritz vous conforte aujourd'hui dans vos choix et la nouvelle orientation donnée à votre jeu ? Je mentirai si je disais que je n'étais pas heureux. Je le suis, ça me fait énormément plaisir, mais c'est à moi désormais d'être à la hauteur de la confiance qui m'est accordée. Il faut que je continue à travailler et à essayer d'apporter peut-être des solutions tactiques ou stratégiques, et aussi bien vivre au sein du groupe, c'est important, on en a besoin, surtout en ce moment. A l'automne dernier, les trois-quarts ont été largement pointés du doigt. Touché ? Ça touche indirectement, mais la solution ne se trouve pas d'un coup de baguette magique ou d'un claquement de doigt. Il faut juste encaisser les critiques et, pourquoi pas, s'en servir pour apporter des solutions sur le terrain. Et c'est par le travail qu'on trouvera ces fameux repères. Moi, je ne m'affole pas. Je demande juste un peu de temps et un peu de patience pour pouvoir travailler et trouver quelques bons plans. Ce Tournoi, on ne peut l'envisager à huit mois de la Coupe du monde indépendamment de cette échéance. Comment l'aborder, selon vous ? Comme une opportunité de travail, c'est certain. Après, on verra qui fera partie de la Coupe du monde et qui n'en fera pas partie... Ce Tournoi, c'est une belle occasion de travailler, je crois qu'il faut qu'on profite de ces moments précieux, où on a la chance d'être réunis pour peaufiner le travail physique, mais surtout le travail tactique et stratégique qu'on peut faire évoluer. Une Coupe du monde ne se prépare pas en deux mois. (1) L'ASM n'a plus gagné à l'extérieur en championnat depuis le 20 août dernier et son seul et unique succès à ce jour de la saison à Bourgoin (25-12). Loin de Marcel-Michelin, les Champions de France accusent un bilan de 1 victoire pour 7 défaites, soit la 10e formation du Top 14 à l'extérieur. (2) Dominés lors de leurs deux déplacements à Colombes en début de saison, tant dans le cadre du Top 14 (28-17) que pour le compte de la H Cup (16-9), les Clermontois restent sur un succès en Coupe d'Europe à Marcel-Michelin (28-17).