Rougerie est en sursis

  • A
  • A
Rougerie est en sursis
Partagez sur :

Tout au long de cette VIIe Coupe du monde, notre site vous fait vivre au plus près de l'équipe de France. Tout ce qu'il faut savoir de l'actualité tricolore est à suivre au quotidien dans le Journal des Bleus. Après David Skrela, la crainte d'un nouveau forfait plane concernant Aurélien Rougerie, victime d'une luxation de l'épaule droite face aux Tonga. Fabrice Estebanez, suspendu 3 semaines, en a fini de son Mondial. De retour de Wellintgon, les Tricolores vont prendre possession de leur nouvel hôtel dans le centre-ville d'Auckland.

Tout au long de cette VIIe Coupe du monde, notre site vous fait vivre au plus près de l'équipe de France. Tout ce qu'il faut savoir de l'actualité tricolore est à suivre au quotidien dans le Journal des Bleus. Après David Skrela, la crainte d'un nouveau forfait plane concernant Aurélien Rougerie, victime d'une luxation de l'épaule droite face aux Tonga. Fabrice Estebanez, suspendu 3 semaines, en a fini de son Mondial. De retour de Wellintgon, les Tricolores vont prendre possession de leur nouvel hôtel dans le centre-ville d'Auckland. Aurélien Rougerie a peut-être joué son dernier match de Coupe du monde à Wellington face aux Tonga (14-19). On se doute que le Clermontois aurait rêvé meilleure sortie, mais il faut craindre le pire pour le trois-quarts centre de l'équipe de France qui, victime d'une luxation acromio-claviculaire de l'épaule droite suite à un déblayage dont seuls les Tongiens ont le secret, fut contraint de laisser sa place à l'heure de jeu. Dès le retour aux vestiaires, le Docteur Hager diagnostiquait la blessure, qui possède des degrés de gravité différents et allait dimanche devoir faire l'objet d'examens complémentaires. Déjà véritable miraculé, Rougerie, qui a su récupérer à temps d'une fracture de la malléole, pour prendre part à cette troisième Coupe du monde, risque cette fois de ne pas pouvoir se relever dans les délais pour postuler au quart de finale face à l'Angleterre. Si rien n'a filtré sur l'IRM passée par le joueur, le staff médical tricolore a souhaité ne pas précipiter sa décision et choisi de se donner 48 heures, soit jusqu'à l'annonce par Marc Lièvremont du quinze de départ retenu pour défier le XV de la Rose. A la probable indisponibilité qui se dessine s'ajoute au centre celle définitive de Fabrice Estebanez, doublure de Rougerie suspendue trois semaines et dont le Mondial est terminé (voir: Estebanez doit tout plaquer. Mais aussi: Fin de Mondial pour Estebanez, suspendu Coupable d'un plaquage dangereux, "plaquage cathédrale", sur Joseph Tuineau lors du match perdu par le XV de France samedi (19-14), Fabrice Estebanez, cité à l'issue de la rencontre, a été suspendu trois semaines par le responsable juridique indépendant, l'Anglais Christopher Quinlan, conformément à la procédure disciplinaire de la Coupe du Monde de rugby 2011. Ce qui signifie que la Coupe du monde est d'ores et déjà terminée pour le nouveau centre du Racing-Métro qui ne sera autorisé à reprendre la compétition que le 25 octobre, soit au surlendemain de la finale. Une décision pour laquelle six matches de suspension sont normalement requis et dont le joueur, auquel ont été reconnues les circonstances atténuantes et l'absence de circonstances aggravantes, ne fera donc pas appel. Les Bleus "in the sky" C'était acquis: les Bleus savaient, à regrets, qu'à leur retour lundi de Wellington, ils ne retrouveraient pas Takapuna et leur camp de base du début de Coupe du monde, désormais offert aux All Blacks en tant que premiers de la Poule A. C'est en plein centre-ville d'Auckland que l'équipe de France prendra finalement ses quartiers afin d'y préparer le quart de finale face à l'Angleterre. L'IRB a attribué le Sky City Hotel, qui permettra aux Tricolores de loger au sein de la SkyCity, un complexe riche notamment de deux restaurants, du plus grand casino de Nouvelle-Zélande et bien sûr de la célèbre Sky Tower, qui culmine à 328 mètres et en fait le plus haut édifice de l'hémisphère sud. Les séances d'entraînement auront pour cadre le Sky City Smart Stadium. Quoi de neuf, Doc'? Dominé par la blessure sans doute rédhibitoire que déplore Aurélien Rougerie, le bilan médical des Bleus après ce quatrième match dans la compétition face aux Tonga ne déplore pas d'autres a priori trop sérieux. Si l'inquiétude fut de mise dimanche lorsque le capitaine Thierry Dusautoir dut lui aussi accompagner le Doc' pour se soummettre à une IRM de la cuisse, les résultats ont semblé dans un premier temps rassurer le flanker des Bleus, mais son absence lundi lors du premier entraînement de la semaine ont maintenu l'incertitude à son sujet. Au même titre qu'Imanol Harinorodquy, qui déplore une légère entorse de la cheville gauche, mais dont la participation face aux Anglais n'est pas non plus remise en cause. Enfin, Jean-Baptiste Poux accusait samedi une large plaie au niveau du front. Le retour de Nicolas Mas, remis de sa déchirure aux ischio-jambiers, est attendu. Tout le JdB...