Rougerie "comme un gamin"

  • A
  • A
Rougerie "comme un gamin"
Partagez sur :

C'est l'évènement de ce début de semaine à Marcoussis. Opéré en mai de sa malléole fracturée, Aurélien Rougerie a effectué lundi son retour à l'entraînement, sans opposition, au sein du collectif tricolore. Si pour Marc Lièvremont, le Clermontois "reste une forme de pari qu'on n'est pas sûr de valider...", sa présence face à l'Irlande ne relève plus de l'utopie.

C'est l'évènement de ce début de semaine à Marcoussis. Opéré en mai de sa malléole fracturée, Aurélien Rougerie a effectué lundi son retour à l'entraînement, sans opposition, au sein du collectif tricolore. Si pour Marc Lièvremont, le Clermontois "reste une forme de pari qu'on n'est pas sûr de valider", sa présence face à l'Irlande ne relève plus de l'utopie. "On a retrouvé "Roro" comme un gamin sur le terrain. Ce qui rajoute à l'ambiance en termes de fraîcheur et de bonne humeur." A l'image de Marc Lièvremont, qui décrit plein d'enthousiasme l'évènement, le retour d'Aurélien Rougerie au sein du collectif tricolore lundi, sur les terrains de Marcoussis, pour sa première séance d'entraînement depuis son opération de la malléole le 8 mai dernier, a forcément réjoui tout un groupe, heureux de retrouver l'un de ses cadres opérationnel à moins de quarante jours de l'ouverture de la Coupe du monde 2011. L'évènement est de taille en effet. Travail d'appuis en un contre un, jeu de ligne et même exercice de pliométrie - sauts de haires à pieds joints -: Rougerie redevient un joueur à part entière de l'équipe de France, même si le second centre des Bleus n'est pas encore en mesure de travailler en opposition. C'est surtout la fin pour l'intéressé d'une mise à l'écart difficile entre une période de rééducation et un entraînement adapté, qui l'ont laissé en marge de cette préparation jusqu'à ce jour. "C'est un coup de fraîcheur, confirme Milou Ntamack, son entraîneur au sein des lignes arrières. C'est bon de le retrouver, surtout en santé, il ne boîte pas. Je ne dis pas qu'Aurélien est à 100 %, mais il a les moyens pour y être rapidement." Alors que Thomas Domingo et William Servat manquent eux toujours à l'appel, ce retour, presque inespéré au regard de la gravité de la blessure du capitaine clermontois, a le don de réjouir son staff. "Il n'a pas encore repris les entraînements avec opposition. Il n'a jamais repris la course qu'il y a quinze jours, tempère Marc Lièvremont, qui sait à quel point son joueur a bossé seul au CERS de Saint-Raphaël afin de mettre toutes les chances de son côté. Il a gambergé, mais il a su être patient pour guérir sa cheville." L'alternative Médard Et plus rien n'est impossible désormais: "Il est possible qu'il soit sur le terrain cet après-midi avec un peu de contacts... Aurélien est un athlète, de par son expérience, cela lui permet de ne pas être largué musculairement et rugbystiquement." Ce retour dans le jeu d'Aurélien Rougerie devrait avoir pour première conséquence de mettre fin à l'expérience "Médard au centre". "Max peut être une option intéressante par sa vitesse et la qualité de ses appuis, tant qu'on n'était pas sûr de récupérer Aurélien... Il y prend plaisir aussi, explique ainsi le sélectionneur des Bleus, soucieux de ne pas être pris au dépourvu si au 22 août, une mauvaise nouvelle s'imposait et venait finalement à laisser David Marty comme seul second centre de métier au sein de l'effectif, même si Mermoz ou Estebanez peuvent aussi dépanner. Mais pour Emile Ntamack aussi, "Médard apporte des solutions différentes des autres joueurs..." Marc Lièvremont préfère cependant envisager la perspective de voir Aurélien Rougerie être aligné face à l'Irlande, le 13 août prochain à Bordeaux: "S'il continue sur la même progression que ces quinze derniers jours, c'est tout à fait envisageable." Un bel optimisme qu'Emile Ntamack se charge à sa façon de nuancer, trop conscient de la fragilité de ce bilan médical. "Le voir revenir est une bonne chose, le voir repartir aussitôt en serait une autre encore plus mauvaise..." Aurélien Rougerie est en tout cas dans le jeu, et c'est déjà un évènement.