Rossignol réduit les salaires de ses skieurs

  • A
  • A
Rossignol réduit les salaires de ses skieurs
Partagez sur :

Conséquence de la crise, Rossignol va baisser considérablement les salaires de ses skieurs. L'Américaine Lindsey Vonn, meilleure skieuse mondiale, et les slalomeurs tricolores Jean-Baptiste Grange et Julien Lizeroux pourraient ainsi voir leur rémunération fixe être réduite de moitié

Conséquence de la crise, Rossignol va baisser considérablement les salaires de ses skieurs. L'Américaine Lindsey Vonn, meilleure skieuse mondiale, et les slalomeurs tricolores Jean-Baptiste Grange et Julien Lizeroux pourraient ainsi voir leur rémunération fixe être réduite de moitié.Le sport n'est pas épargné par la crise. Contraint de réduire 30% de son effectif, soit 440 personnes, dont 275 en France, le groupe Rossignol a annoncé vouloir baisser de 50% les salaires de ses skieurs. L'Américaine Lindsey Vonn, lauréate de la Coupe du Monde ses deux dernières années et double championne du monde cet hiver à Val-d'Isère, les stars tricolores du slalom Jean-Baptiste Grange et Julien Lizeroux et Marie Marchand-Arvier, médaillée d'argent du Super-G lors des Mondiaux, font partie des champions sous contrat avec la marque française. Cette mesure fait partie d'un plan plus large décidé par la nouvelle direction, arrivée en novembre, pour redresser le groupe. En plus de la conjoncture actuelle, le leader mondial du marché du ski subit les conséquences d'une crise structurelle qui touche le secteur depuis de nombreuses années. Partenaire historique des skieurs, le groupe affirme vouloir conserver les mêmes ambitions en compétition pour les années à venir.Les skieurs se montrent compréhensifsMais face à la situation, Bruno Cercley, le président de Rossignol, estime normal que les athlètes, au même titre que les salariés, participent à l'"effort de guerre". La semaine dernière, ce dernier a par ailleurs rencontré les skieurs et leurs managers afin de leur expliquer la situation. S'ils ne se sont pas encore exprimés, ils auraient pour la plupart fait preuve de compréhension.Rossignol n'est pas le seul équipementier en proie à des difficultés. Ses concurrents auraient d'ores et déjà annoncé vouloir réduire leurs coûts en empêchant notamment les techniciens d'accompagner les skieurs lors des stages prévus dans l'hémisphère Sud, cet été. Les fabricants et les fédérations devraient prochainement se rencontrer pour tenter de trouver un terrain d'entente, avant le début d'une saison qui s'annonce cruciale avec les Jeux Olympiques de Vancouver en point de mire.