Rossi en plein doute

  • A
  • A
Rossi en plein doute
Partagez sur :

Trois semaines après avoir survolé les essais de Sepang premiers du nom, Honda et Casey Stoner en particulier ont frappé plus fort encore ces derniers jours, toujours en Malaisie. Dépossédé à cette occasion de son record du tour, Valentino Rossi a lui vécu une session noire. Diminué, le Docteur a pu mesurer l'écart qui sépare pour l'heure sa Ducati des machines les plus efficaces.

Trois semaines après avoir survolé les essais de Sepang premiers du nom, Honda et Casey Stoner en particulier ont frappé plus fort encore ces derniers jours, toujours en Malaisie. Dépossédé à cette occasion de son record du tour, Valentino Rossi a lui vécu une session noire. Diminué, le Docteur a pu mesurer l'écart qui sépare pour l'heure sa Ducati des machines les plus efficaces. Ils étaient repartis fiers et soulagés de Sepang, il y a trois semaines, après les premiers tours de roues officiels de la RC212V, les voici confortés dans leur supériorité. Sur le circuit malaisien ces derniers jours, les Casey Stoner, Dani Pedrosa, Andrea Dovizioso et même Marco Simoncelli ont dominé du casque et des épaules la seconde session d'essais officiels de la saison 2011. Yamaha, grâce à Ben Spies et Jorge Lorenzo, n'a pas été en reste, au contraire de Ducati, clairement en retrait à un mois du début des hostilités, à Losail. Dans l'incapacité de rouler mercredi, cloué au lit par un état grippal prononcé, Valentino Rossi a personnellement vécu trois jours délicats. En piste mardi et jeudi, le Docteur n'a pu confirmer les progrès entrevus au fil des tours lors du premier acte des essais de Sepang, début février. "Nous ne pouvons pas être satisfaits de ce test parce que nous n'avons pas atteint nos objectifs, qui étaient de finir proches du top 6 et de réduire l'écart sur les leaders, confiait le nonuple champion du monde à l'heure du bilan, repris par le site officiel du MotoGP. Nous manquons de rythme !" Le châssis de la GP11 en question Relégué à 1"8 d'un Casey Stoner qui l'a par ailleurs effacé des tablettes de Sepang (auteur d'un chrono référence de 1'59"665, l'Australien a alors pulvérisé le record de l'Italien, un temps de 2'00"518 établi en 2009), Valentino Rossi avoue douter du châssis de sa nouvelle monture. "Nous n'avons pas avancé. Bien que nous ayons de bonnes idées pour l'électronique, qui résoudront sûrement certains problèmes plus tard, je ne suis pas aussi confiant du côté des réglages du châssis. Nous avons travaillé dur mais nous n'avons pas réussi à progresser. Je peux freiner fort mais j'ai des problèmes en milieu de virage." Opéré de l'épaule en novembre dernier, le Docteur n'a pu diriger la GP11 à sa guise sur la large piste malaisienne. "Piloter cette moto est épuisant. Alors oui, je suis plutôt préoccupé", reconnaît-il dans une interview accordée à la Gazzetta dello Sport, tout en espérant de meilleurs lendemains: "Ce circuit n'a jamais été très favorable à Ducati. Le prochain test a lieu au Qatar, sur une piste différente, et nous verrons si nous pouvons être plus rapides là-bas." Sollicité par RTL, son mécanicien Bernard Ansiau écarte d'une pirouette tout malaise: "Un bon début de saison, c'est partir en douceur et faire croire à tout le monde que ça ne va pas aller." Alors l'illusion est parfaite...