Rooney, ça décoiffe !

  • A
  • A
Rooney, ça décoiffe !
Partagez sur :

Auteur de deux triplés consécutifs en Premier League et de dix buts toutes compétitions confondues, Wayne Rooney a parfaitement débuté cette nouvelle saison, dans un contraste saisissant avec l'entame d'un exercice 2010-11 qui avait bien failli le voir quitter Manchester United. Des Diables Rouges dont le numéro 10 de nouveau chevelu devrait encore être le fer de lance mercredi soir contre Benfica en Ligue des champions, quatre jours avant le choc face à Chelsea.

Auteur de deux triplés consécutifs en Premier League et de dix buts toutes compétitions confondues, Wayne Rooney a parfaitement début cette nouvelle saison, dans un contraste saisissant avec l'entame d'un exercice 2010-11 qui avait bien failli le voir quitter Manchester United. Des Diables Rouges dont le numéro 10 de nouveau chevelu devrait encore être le fer de lance mercredi soir contre Benfica en Ligue des champions, quatre jours avant le choc face à Chelsea. Wayne Rooney a-t-il changé ? Physiquement, c'est indéniable. Après avoir dépensé près de 35 000 euros cet été pour se faire implanter des cheveux sur son crâne dégarni ("Je devenais chauve à 25 ans, donc pourquoi pas ?", s'est-il justifié sur son compte twitter), le numéro 10 des Red Devils a presque retrouvé son look et sa bouille d'adolescent, lorsqu'il était devenu, à 16 ans, le plus jeune buteur de l'histoire de la Premier League. Moins anecdotique, il vit surtout, douze mois après un début d'exercice cauchemardesque pollué par un vrai-faux départ à Manchester City, des allégations sur sa vie privée puis une prolongation de contrat avec substantielle revalorisation salariale à la clé, une entame quasi idyllique. Dans la continuité d'une fin de saison qu'il avait finie en boulet de canon, il semble actuellement inarrêtable. Déjà triple-buteur face à Arsenal (8-2), Rooney a récidivé le week-end dernier contre Bolton (5-0) - quelques jours après un doublé contre la Bulgarie (3-0) en qualifications de l'Euro 2012 - pour porter son total de réalisations en championnat à huit, soit seulement trois de moins que sur l'ensemble de la saison 2010-2011 ! Evra: "Il veut être le meilleur joueur du monde" Une véritable rédemption louée par tous ses coéquipiers à l'issue du lessivage des Wanderers, à commencer par son capitaine Patrice Evra. "On peut voir à quel point il a faim, avoue l'ancien Monégasque. Il a eu des soucis la saison dernière mais aujourd'hui il est de retour. Il veut montrer quel joueur il est vraiment et qu'il peut être le meilleur joueur du monde. Il suffit qu'il continue à faire ce qu'il fait actuellement !" Absolument pas jaloux, son jeune partenaire sur le front de l'attaque Javier Hernandez semble lui aussi admiratif. "Wayne Rooney est incroyable, il peut tout faire sur un terrain, souffle le Mexicain, très convaincant depuis son arrivée dans le nord-ouest de l'Angleterre. Tout le monde peut jouer avec lui, c'est un joueur de classe mondiale !" Dans le sillage de leur joueur vedette, les Red Devils, leaders du championnat à la différence de buts devant leurs voisins de City, réussissent un début de saison canon, avec notamment un nouveau record établi de 18 buts inscrits lors des quatre premières journées. En signant deux triplés d'affilée, Rooney est lui devenu le quatrième joueur de l'histoire à accomplir une telle performance en Premier League, égalant surtout la légende Bobby Charlton avec ce septième triplé sous les couleurs de MU. "C'est un accomplissement fantastique car il a seulement 25 ans et encore de belles années devant lui", reconnaît Alex Ferguson, qui met en avant "la nouvelle maturité" de son poulain et hésite à le faire souffler à Lisbonne face au Benfica mercredi en Ligue des champions, avant le choc de dimanche face à Chelsea. Parce qu'il le vaut bien ?