Ronaldo, le porte-drapeau

  • A
  • A
Ronaldo, le porte-drapeau
@ REUTERS
Partagez sur :

COUPE DU MONDE 2014 - L'ex-attaquant brésilien sera la figure de proue du comité organisateur.

Durant sa carrière longue de 18 ans, Ronaldo n'a pas eu la chance de disputer de Coupe du monde à domicile. Alors que le Brésil accueillera la compétition en 2014, après une première édition en 1950, la Confédération brésilienne de football (CBF) a décidé d'honorer l'un de ses plus illustres représentants, double vainqueur de l'épreuve en 1994 et 2002, en lui confiant le rôle de porte-étendard du comité organisateur.

"Je suis très heureux et fier d'accomplir cette mission pour faire en sorte que ce soit la plus belle Coupe du monde de tous les temps", a déclaré le tout frais retraité Ronaldo lors d'une conférence de presse, à Rio. Son rôle, honorifique, reste assez flou. "Il fenomeno", qui souffre d'hypothyroïdie, sera chargé de "rapprocher" les gens pour réussir un Mondial "inoubliable". Vaste projet...

Un match Ronaldo contre Pelé

Pour la Fédération brésilienne de football, il s'agit de rendre hommage à une légende mais aussi de donner un coup de fouet à la période pré-Mondial. "A partir de maintenant, il faut une grande mobilisation nationale pour organiser la plus belle Coupe du monde et c'est pourquoi on fait appel à celui qui représente le mieux l'excellence du sport brésilien", a déclaré Ricardo Teixeira, le président de la CBF.  

Faire appel à une icône pour assurer le service après-vente d'un comité d'organisation n'a rien d'inédit. Avant Ronaldo, d'autres grands joueurs avaient été associés à l'organisation d'une Coupe du monde, avec des responsabilités parfois bien plus élevées, comme Michel Platini en 1998 ou l'Allemand Franz Beckenbauer en 2006.

Mais cette annonce semble surtout traduire la tension actuelle entre la Fédération brésilienne et la présidente du Brésil, Dilma Rousseff. En juillet dernier, celle-ci s'était présentée au tirage au sort des éliminatoires de la Coupe du monde 2014, à Rio, aux côtés de Pelé, qui n'avait pas été invité. Loin d'être en odeur de sainteté à la Fédération brésilienne, sa "majesté" Pelé a été intronisée ambassadeur honoraire du gouvernement pour le Mondial. "Avec tout le respect dû à la Fifa et à la CBF, l'image du Mondial à l'étranger sera Pelé", avait tranché Dilma Rousseff, interrogée par la revue brésilienne Carta Capital. Visiblement, la Fédération ne l'entend pas ainsi. La guerre des buteurs ne fait peut-être que commencer...