Rolland, le jour de gloire

  • A
  • A
Rolland, le jour de gloire
Partagez sur :

Il aura fallu attendre l'antépénultième étape de ce Tour de France 2011 pour voir un Tricolore s'imposer. Pierre Rolland, coéquipier modèle d'un Thomas Voeckler qui a perdu son maillot jaune ce vendredi au profit d'Andy Schleck, s'est permis de dominer Alberto Contador dans l'Alpe d'Huez pour signer la plus belle victoire de sa jeune carrière. 25 ans après un certain Bernard Hinault.

Il aura fallu attendre l'antépénultième étape de ce Tour de France 2011 pour voir un Tricolore s'imposer. Pierre Rolland, coéquipier modèle d'un Thomas Voeckler qui a perdu son maillot jaune ce vendredi au profit d'Andy Schleck, s'est permis de dominer Alberto Contador dans l'Alpe d'Huez pour signer la plus belle victoire de sa jeune carrière. 25 ans après un certain Bernard Hinault. La France peut respirer, le Tour de France tient enfin sa première victoire tricolore ! Sorti dans la plaine, peu avant l'ascension finale de l'Alpe d'Huez, à 23 kilomètres de l'arrivée, Pierre Rolland a mis de côté son rôle de coéquipier modèle du maillot jaune Thomas Voeckler pour aller chercher la victoire d'étape. "Dans le col du Galibier, il (Thomas Voeckler) m'a dit: « Vas-y, saisis ta chance et ne t'occupe pas de moi »", a confié le coureur d'Europcar à l'arrivée au micro de France Télévisions. A 24 ans, le natif de Gien a su résister aux accélérations féroces d'Alberto Contador, à l'attaque dans les 21 lacets qui composent ce col mythique de la Grande Boucle, bien aidé dans les derniers kilomètres par Samuel Sanchez, les deux Ibères terminant respectivement 3e et 2e de l'étape du jour. "Il fallait que je garde mon sang froid face aux deux Espagnols. Je sais qu'ils s'entendent très bien. Je me suis dit, c'est quitte ou double, soit je gagne mais je ne ferai pas deuxième." Connaissant par coeur les moindres virages de l'Alpe d'Huez pour l'avoir "visionné des dizaines et des dizaines de fois", des exploits de Lance Armstrong à Marco Pantini, Pierre Rolland succède à Bernard Hinault, dernier grand vainqueur français au sommet des 2556 mètres du col. C'était en 1986... Andy Schleck en jaune Nouveau maillot blanc, Pierre Rolland a su forcer son destin, alors que le triple vainqueur du Tour n'a cessé de tenter de creuser l'écart dans sa roue. Au final, l'explication finale tant attendue entre les favoris, à l'occasion de la dernière journée de montagne dans les Alpes, à 48 heures de l'arrivée sur les Champs-Elysées, n'a pas eu lieu. Bien inspiré d'être resté dans les roues d'Alberto Contador dans la montée du Télégraphe et du Galibier, Andy Schleck a récupéré le maillot jaune à l'Alpe d'Huez avec 53 secondes d'avance sur son frère Frank et 57 sur l'Australien Cadel Evans, lesquels l'ont accompagné dans la montée de l'Alpe d'Huez. Thomas Voeckler, qui a payé ses efforts dans l'ascension en solitaire du col du Télégraphe, termine à 2'25 du Luxembourgeois, et se retrouve quatrième du classement général à 2'10. A la veille du contre-la-montre individuel de 42,5 kilomètres autour de Grenoble samedi, épreuve qu'affectionne particulière Cadel Evans, tout reste cependant à faire pour le cadet des leaders de l'équipe Leopard Trek. "Le plus dangereux, c'est Cadel", confirme Andy Schleck. Avant de nuancer: "Je suis sûr que Frank va faire un bon chrono demain. Il (Cadel Evan) est spécialiste, il est a 57 secondes, mais le maillot jaune me donne des ailes". Le coureur de la BMC sera pourtant le grand favori du contre-la-montre samedi avec le net avantage d'avoir reconnu le parcours à l'occasion de la 3e étape du Critérium du Dauphiné Libéré en juin dernier. Il avait alors terminé 6e en 56 minutes et 48 secondes, à 1'20 du vainqueur d'alors, Tony Martin. Contador, le mauvais numéro Parti pied au plancher dès le kilomètre 15 de l'étape du jour, Alberto Contador n'est pas parvenu à creuser l'écart sur les favoris, confirmant une forme en deçà de ses habituelles prétentions dans le Tour de France. Le numéro composé par l'Espagnol aurait pourtant pu faire mouche, mais le coureur de la Saxo Bank a coincé au moment de suivre Pierre Rolland vers la ligne d'arrivée. "J'ai manqué de fraîcheur. Il était important pour moi d'attaquer sur cette étape. Je voulais montrer que je n'étais pas fini. J'ai attaqué pour gagner à L'Alpe d'Huez, en partant de très loin et en prenant beaucoup de risques. Il me fallait tout donner pour arriver avant tout le monde, malheureusement trop de kilomètres séparaient le sommet du Galibier de L'Alpe d'Huez", a ainsi expliqué Contador. Pas mieux pour Samuel Sanchez, qui grappille une place au classement général, septième à 4'22 d'Andy Schleck. "Mon objectif était de gagner l'étape. Le maillot à pois, c'est uniquement du bonus. Mais je suis quand même content, a commenté sur Eurosport le champion olympique espagnol, nouveau leader du classement du meilleur grimpeur. "Pierre Rolland est un très bon coureur qui réalise un très bon Tour. Il ne m'a pas surpris. A la fin je n'ai pas pu le suivre, j'avais si mal aux jambes !" Un hommage comme un autre...