Rodriguez plane, Chavanel s'accroche

  • A
  • A
Rodriguez plane, Chavanel s'accroche
Partagez sur :

Neuf secondes ! C'est l'avance conservée par Sylvain Chavanel sur Daniel Moreno au classement général du Tour d'Espagne, à l'issue de la 5e étape. Le champion de France est parvenu à défendre son maillot rouge sur le terrible mur final de Valdepenas de Jaen. Tout simplement intouchable, Joaquin Rodriguez en a profité pour se replacer au général en signant son 3e succès sur la Vuelta.

Neuf secondes ! C'est l'avance conservée par Sylvain Chavanel sur Daniel Moreno au classement général du Tour d'Espagne, à l'issue de la 5e étape. Le champion de France est parvenu à défendre son maillot rouge sur le terrible mur final de Valdepenas de Jaen. Tout simplement intouchable, Joaquin Rodriguez en a profité pour se replacer au général en signant son 3e succès sur la Vuelta. "Heureusement, cette montée ne fait qu'un kilomètre de long." Dans le blog qu'il tient sur le site Cyclingnews, Sylvain Chavanel avait déjà anticipé le scénario de cette 5e étape de la Vuelta. Le champion de France se voyait bien conserver son maillot rouge pour une poignée de secondes sur l'irréelle pente de Valdepenas de Jaen, tandis que Joaquin Rodriguez s'en irait chercher l'étape. A l'arrivée, c'est du 100% de réussite. Assez loin derrière l'intouchable "Purito", Chavanel a franchi la ligne avec 31 secondes de retard sur le vainqueur du jour, conservant ainsi neuf précieuses secondes sur Daniel Moreno, le vainqueur de la veille. Avec deux étapes plutôt abordables à venir, le Français peut espérer rester en rouge jusqu'à samedi, et l'arrivée à San Lorenzo de El Escorial. A moins que les Katusha décident de dynamiter la course à nouveau. Avec ses Espagnols, la formation russe domine ce début de Vuelta et vient déjà de s'adjuger, avec ce succès de Rodriguez, sa deuxième victoire d'étape. Sans contestation possible. Dans le final, Moreno et Rodriguez ont fait exploser le groupe des favoris, y compris Vincenzo Nibali, le dernier à s'être accroché aux roues des Katusha avec l'étonnant Wouter Poels, récent 2e du Tour de l'Ain. Sur une pente dépassant par endroit les 25% (!), Rodriguez était comme un roi (Anton, vainqueur ici-même l'an dernier, était encore dans un mauvais jour), et le Catalan en a profité pour reprendre l'avantage sur Nibali au classement général, pour onze secondes. Leur duel ne fait que débuter, même si Van den Broeck, Scarponi, Wiggins ou encore Brajkovic sont encore tout à fait dans le coup. Moncoutié a essayé Rodriguez s'est en tout cas comporté comme un patron durant toute la journée. "Purito" n'a pas hésité à faire rouler ses hommes aux côtés des Quick Step de Chavanel, avant une arrivée qu'il savait taillée pour lui. Ainsi, les échappés n'ont jamais eu le temps d'y croire. Ils étaient 18, au départ, à avoir pu prendre la fuite. Le premier passage par l'Alto de Valdepeñas (2e cat.) a réduit le groupe de moitié, mais avec à son bord des cadors comme Peter Sagan ou Rein Taaramae, l'échappée n'a jamais trouvé son rythme de croisière. Si bien que, malgré un coup tenté par Michael Albasini, Angel Madrazo et Johannes Fröhlinger, le peloton est arrivé groupé à vingt kilomètres de l'arrivée, pour franchir une seconde fois l'Alto de Valdepeñas. David Moncoutié en a alors profité pour tenter sa chance. Après avoir compté une trentaine de seconde d'avance, le Lotois a entrevu la victoire avant de buter tête la première sur le mur final, avalé par Moreno, Poels et Rodriguez. Finalement 35e à 31", Moncoutié retentera sûrement sa chance pour aller cueillir "sa" victoire d'étape. Il en a déjà profité pour prendre ses premiers points au classement de la montagne.