Rodriguez a du punch à revendre

  • A
  • A
Rodriguez a du punch à revendre
Partagez sur :

Vainqueur du classement mondial de l'UCI en 2010, Joaquim Rodriguez a décroché samedi sa plus belle victoire en 2011 en remportant la sixième étape du Critérium du Dauphiné. Le grimpeur espagnol de la Katusha s'est imposé en solitaire au sommet du Collet d'Allevard. Sixième de l'étape, Bradley Wiggins est toujours leader du général à la veille de l'arrivée à La Toussuire.

Vainqueur du classement mondial de l'UCI en 2010, Joaquim Rodriguez a décroché samedi sa plus belle victoire en 2011 en remportant la sixième étape du Critérium du Dauphiné. Le grimpeur espagnol de la Katusha s'est imposé en solitaire au sommet du Collet d'Allevard. Sixième de l'étape, Bradley Wiggins est toujours leader du général à la veille de l'arrivée à La Toussuire. Le peloton avait rendez-vous ce samedi avec une sixième étape de 192,5 km au parcours très sélectif. Quatre grandes difficultés étaient en effet au menu, le col des Aravis (2e catégorie), le col de Tamié (3e catégorie), le col du Grand Cucheron (1ère catégorie) et l'ascension finale, le Collet d'Allevard, classée en hors-catégorie (11.2 km de montée à 8.4 %). Un programme qui n'a pas effrayé Joaquim Rodriguez, qui a ajouté une victoire de prestige à un palmarès déjà bien fourni. Vainqueur du classement mondial de l'UCI la saison dernière, grâce notamment à ses nombreuses places d'honneur, l'Espagnol de 32 ans s'était déjà illustré en début de saison par un succès lors de la première étape du Tour du Pays Basque et deux deuxièmes places sur l'Amstel Gold Race et la Flèche Wallonne. Mais gageons que cette victoire au sommet du redoutable Collet-d'Allevard revêt une importance toute particulière pour Purito, dont la réputation de puncheur n'est plus à faire. Parti après 80 km de course, huit coureurs, dont les Français Sandy Casar (FDJ) et Cyril Gautier (Europcar), accompagnés de l'Italien Mauro Finetto (Liquigas), du Belge Kevin Seeldrayers (Quick-Step), du Russe Yury Trofimov (Katusha), du Costaricain Andrey Amador (Movistar) et des Espagnols Juan Manuel Garate (Rabobank) et Egoi Martinez (Euskaltel), ont longtemps cru pouvoir mener leur échappée à son terme. Mais s'ils vont compter près de quatre minutes d'avance et encore deux minutes au sommet du Col du Grand Cucheron, situé à moins de 40 kilomètres de l'arrivée, leur tentative échouera. Ralenti dans la descente par la présence de vaches sur la route, qui ont entraîné la chute de plusieurs coureurs dont le Français Arnold Jeannesson et l'Espagnol Mikel Landa Meana (Euskaltel) - heureusement sans gravité -, le peloton parvient à réduire l'écart sous l'impulsion des coéquipiers d'Alexandre Vinokourov, le leader de l'équipe Astana. A tel point que les huit échappés sont repris dès le début de la terrible ascension du Collet d'Allevard. Christophe Kern encore avec les meilleurs La pente raide et le rythme effréné mené par le Norvégien Edvald Boasson Hagen pour le leader du général Bradley Wiggins entraînent une sélection rapide. Le vainqueur de l'an dernier, le Slovène Janez Brajkovic (RadioShack) est lâché, tout comme le meilleur jeune et cinquième du général, le Portugais Rui Alberto Faria Da Costa (Movistar) et l'Italien Ivan Basso (Liquigas). Alors que le groupe de tête est réduit à une dizaine d'unité, Robert Gesink (Rabobank) tente sa chance en solitaire. Mais le Néerlandais est rapidement repris et même contré par Joaquim Rodriguez (Katusha) et Alexandre Vinokourov (Astana). Si l'Espagnol file seul vers la victoire d'étape, le Kazakh est repris par Bradley Wiggins, qui, au train est parvenu à lâcher son dauphin Cadel Evans, accompagné de Robert Gesink, Jurgen Van den Broeck, et Christophe Kern, toujours en excellente forme malgré son numéro de la veille. A l'arrivée, Rodriguez s'impose donc devant Gesink (+ 31''), Van Den broeck (+ 39''), Kern (+ 41''), Vinokourov (+ 50'') et Wiggins (+ 54''), qui devra défendre son maillot jaune et bleu de leader lors d'une dernière étape marquée par l'ascension du col de la Croix de Fer (hors-catégorie) et la montée finale vers La Toussuire (première catégorie). Vainqueur d'étape et huitième du Tour de France l'an dernier, Rodriguez a de son côté montré qu'il était l'un des meilleurs grimpeurs du peloton. Mais ce dernier ne s'alignera pas sur le Tour cette saison, privilégiant la Vuelta.