Rock insubmersible ?

  • A
  • A
Rock insubmersible ?
Partagez sur :

Installé en tête de l'Open d'Italie depuis le premier jour, Robert Rock a conservé samedi les commandes du tournoi à l'issue du troisième tour. L'Anglais attaquera le quatrième et dernier tour dimanche avec une impressionnante meute de poursuivants à ses trousses, une douzaine de joueurs qui accusent entre deux et quatre coups de retard, dont Grégory Bourdy, pointé à trois longueurs du leader.

Installé en tête de l'Open d'Italie depuis le premier jour, Robert Rock a conservé samedi les commandes du tournoi à l'issue du troisième tour. L'Anglais attaquera le quatrième et dernier tour dimanche avec une impressionnante meute de poursuivants à ses trousses, une douzaine de joueurs qui accusent entre deux et quatre coups de retard, dont Grégory Bourdy, pointé à trois longueurs du leader. Tiendra-t-il la distance ? Auteur de trois Top 4 la saison dernière sur le circuit mais toujours à la recherche de sa première victoire, Robert Rock, 34 ans, attaquera le quatrième et dernier tour de l'Open d'Italie dans la position providentielle de leader. Une place en tête du leaderboard qu'il ne lâche plus depuis le premier jour conclu en 64 (-8), enchaînant vendredi et samedi avec deux cartes de 68 (-4). Suffisant pour garder la tête du tournoi avec deux coups d'avance sur ses premiers poursuivants. Mais c'est à une véritable meute que l'Anglais sera confronté dimanche avec pas moins d'une douzaine de joueurs qui ne compteront que deux à quatre coups de retard à l'entame de cette dernière ronde. Parmi eux, quelques vieilles connaissances du circuit, rompus à la pression, comme l'Espagnol Pablo Larrazabal, vainqueur de l'Open de France en 2008, et l'Italien Francesco Molinari, lauréat de l'Open d'Italie en 2006 mais surtout vainqueur du HSBC Champions l'année dernière, tous deux pointés à deux longueurs, ou encore le Gallois Rhys Davies et le Français Grégory Bourdy, qui accusent eux trois coups de retard. Déjà deuxième le week-end dernier au Pays de Galles, le Bordelais a cédé du terrain, la faute à une carte de 69 (-3), mais reste dans le coup pour décrocher la quatrième victoire de sa carrière sur le circuit, lui qui était déjà passé tout près en Malaisie mi-avril. Auteur d'une formidable carte de 62 (-10) vendredi, Victor Dubuisson a en revanche marqué le coup, se contentant samedi d'une carte dans le par (72) qui le place au 30e rang, à sept coups de Rock, en compagnie d'un autre Français, Jean-Baptiste Gonnet. LE CLASSEMENT PROVISOIRE (après trois tours): 1. Robert Rock (ANG): -16, 200 (64, 68, 68) 2. Niclas Fasth (SUE): -14, 202 (69, 69, 64) 2. Pablo Larrazabal (ESP): -14, 202 (67, 70, 65) 2. Jbe Kruger (AFS): -14, 202 (69, 66, 67) 2. Gary Boyd (ANG): -14, 202 (69, 65, 68) 2. Francesco Molinari (ITA): -14, 202 (66, 68, 68) 2. Joost Luiten (NED): -14, 202 (66, 67, 69) 8. Lee Slattery (ANG): -13, 203 (71, 67, 65) 8. Peter Whiteford (ECO): -13, 203 (68, 67, 68) 8. Rhys Davies (GAL): -13, 203 (66, 68, 69) 8. Grégory Bourdy (FRA): -13, 203 (66, 68, 69) 12. Floris De Vries (NED): -12, 204 (71, 64, 69) 12. Matteo Manassero (ITA): -12, 204 (66, 68, 70) 12. Chris Wood (ANG): -12, 204 (64, 69, 71)