Rock, ça swingue

  • A
  • A
Rock, ça swingue
Partagez sur :

En tête de l'Open d'Italie depuis le premier jour, Robert Rock a tenu jusqu'au bout et remporté, à 34 ans, le premier titre de sa carrière sur le circuit. L'Anglais a résisté à l'étonnante charge du Danois Thorbjorn Olesen et à un mauvais début de quatrième tour pour garder un coup d'avance. Longtemps à la lutte pour la victoire, Grégory Bourdy s'est essoufflé, finissant à la porte du top 10.

En tête de l'Open d'Italie depuis le premier jour, Robert Rock a tenu jusqu'au bout et remporté, à 34 ans, le premier titre de sa carrière sur le circuit. L'Anglais a résisté à l'étonnante charge du Danois Thorbjorn Olesen et à un mauvais début de quatrième tour pour garder un coup d'avance. Longtemps à la lutte pour la victoire, Grégory Bourdy s'est essoufflé, finissant à la porte du top 10. C'était rock and roll ce week-end à Turin ! Rien n'y a fait, ni ce bogey concédé dès le troisième trou dimanche, ni la charge explosive du Danois Thorbjorn Olesen, auteur d'une carte exceptionnelle de 62 (-10, comme Victor Dubuisson vendredi) qui l'a longtemps hissé en tête du classement à -20. A 34 ans, l'heure était venue pour Robert Rock de remporter son premier titre sur le circuit européen. Après avoir longtemps tourné autour de sa première victoire la saison dernière, signant trois top 4, l'Anglais est enfin allé au bout de ses intentions, mettant la main sur l'Open d'Italie. Une récompense méritée pour Rock, qui aura fait preuve de solidité pour tenir la tête du tournoi du premier au dernier jour. Auteur d'une belle entame à 64 (-8), l'Anglais a enchaîné avec deux cartes de 68 (-4) avant de conclure avec un 67 (-5). Un dernier effort nécessaire pour résister à Olesen, revenu de nulle part, et son compatriote Gary Boyd, l'un des nombreux prétendants à la victoire à la veille de ce quatrième et dernier tour. Grégory Bourdy en faisait partie, à l'instar des Italiens Matteo Manassero et Francesco Molinari, mais le Français, qui avait déjà montré quelques signes de lassitude la veille, a fini par s'essouffler au terme d'une semaine qui l'a vu décrocher son billet pour le British Open. Pointé à -18 après huit trous - de quoi se mêler à la lutte pour le titre - le Bordelais a concédé quatre bogeys du 9 au 14, effacés en partie par un birdie sur le dernier trou, pour échouer à la 11e place, à la porte du top 10 donc. Dommage, Bourdy pouvait viser mieux, lui qui reste sur une deuxième place le week-end dernier au pays de Galles. Il se consolera avec la satisfaction d'avoir gagné deux nouvelles places au sein de la hiérarchie européenne (dont une aux dépens de Raphaël Jacquelin) pour pointer au 16e rang et d'avoir assis sa présence dans le top 100 mondial (76e à la veille du tournoi). Le top 10: 1. Robert Rock (ANG) 267 (64+68+68+67) 2. Thorbjorn Olesen (DAN) 268 (65+71+70+62) Gary Boyd (ANG) 268 (69+65+68+66) 4. Peter Whiteford (ECO) 269 (68+67+68+66) 5. Joost Luiten (NED) 270 (66+67+69+68) 6. Michael Jonzon (SUE) 271 (69+68+69+65) Niclas Fasth (SUE) 271 (69+69+64+69) 8. Matteo Manassero (ITA) 272 (66+68+70+68) Francesco Molinari (ITA) 272 (66+68+68+70) Jbe Kruger (AFS) 272 (69+66+67+70) ... 11. Grégory Bourdy (FRA) 273 (66+68+69+70)