Riou et Stamm doivent renoncer

  • A
  • A
Riou et Stamm doivent renoncer
Partagez sur :

Jusque-là sortie indemne des coups de vent successifs tombés sur la Transat Jacques-Vabre, la classe Imoca a à son tour payé un lourd tribut à ces conditions musclées, puisque trois bateaux ont abandonné: DCNS (Thiercelin-Alphand) à cause de problèmes d'énergie, Cheminées Poujoulat (Stamm-Cuzon), victime d'une voie d'eau et qui a déclencé sa balise de détresse lundi, et PRB à bord duquel le tandem Riou-Destremeau a constaté la casse d'une cloison étanche.

Jusque-là sortie indemne des coups de vent successifs tombés sur la flotte de la Transat Jacques-Vabre, la classe Imoca a à son tour payé un lourd tribut à ces conditions musclées, puisque trois bateaux ont abandonné ou sont sur le point de le faire: DCNS (Thiercelin-Alphand) à cause de problèmes d'énergie, Cheminées Poujoulat (Stamm-Cuzon), victime d'une voie d'eau, et PRB à bord duquel le tandem Riou-Destremeau a constaté la casse d'une cloison étanche. Et dire que le départ avait été reporté de trois jours pour éviter d'envoyer la flotte au casse-pipe ! Moins de cinq jours après le coup de canon de la Transat Jacques-Vabre, la course déplore déjà un grand nombre d'abandons pour des avaries plus ou moins sérieuses. Avant même le début du week-end, la flotte des Multi 50 (multicoques de 50 pieds) ne comptait déjà plus que deux concurrents sur six suite aux abandons successifs de Monopticien.com des frères Mabit (problème de safran), Prince de Bretagne (Lemonchois-Souben), crosse d'un bras de liaison avant cassé, FenêtréA-Cardinal (Le Roux-Le Vourch), avarie structurelle, et Crêpes Whaou ! (Escoffier-Koch), contraint de faire demi-tour suite à la blessure au dos de Franck-Yves Escoffier, tombé sur un winch. Les monocoques ont à leur tour été touchés samedi et dimanche: d'abord la Class 40 qui a perdu deux des favoris de la course, Bureau Veritas-Dunkerque Plaisance (Le Diraison-Ruyant), pour cause de bout dehors cassé, et Initiatives-Alex Olivier (de Lamotte-Péron), qui, plus grave, a perdu sa quille dimanche en milieu de journée. Ensuite la classe Imoca avec trois bateaux contraints de se dérouter ou de faire demi-tour: d'abord DCNS, à bord duquel Marc Thiercelin et le néophyte Luc Alphand ont déploré une panne électrique les empêchant de recharger les batteries, ensuite Cheminées Poujoulat qui, dans la nuit de dimanche à lundi, a été victime d'une "importante voie d'eau". Une voie d'eau qui s'est visiblement détériorée dans la nuit, puisque Bernard Stamm et Jean-François Cuzon qui, dans un premier temps n'avaient pas demandé assistance, ont déclenché lundi matin leur balise de détresse. Ce lundi matin, après analyse de la situation jugée critique compte tenu des délais trop importants pour parvenir à envoyer un remorqueur sur zone, l'équipage de Cheminées Poujoulat - victime d'une importante voie d'eau depuis 23 heures hier soir alors qu'il naviguait à 130 milles au nord des Açores - a déclenché sa balise de détresse, actionnant ainsi les secours pour la récupération de son bateau, indique un communiqué de Cheminées Poujoulat. En effet, les conditions météorologiques actuelles sur l'archipel ne permettent pas à un remorqueur de prendre la mer avant deux ou trois jours au mieux pour rejoindre le monocoque de Bernard Stamm et Jean-François Cuzon distant de 143 miles du port d'Horta". La direction de course a précisé dans la foulée qu'un hélicoptère avait décollé à 10h50 des Açores pour récupérer l'équipage, positionné à 230 milles au nord de Punta Delgada (île de San Miguel) aux Açores. Un gros coup dur pour Bernard Stamm et Jean-François Cuzon qui, à bord de leur nouveau plan Juan Kouyoumdjian, faisaient un très bon début de course, au point d'en avoir occupé la tête samedi. PRB vers les Açores Dernière mauvaise nouvelle en date, tombée lundi matin: l'annonce par Vincent Riou et Hugues Destremeau, aux aussi dans le bon paquet depuis le départ, de la casse d'une cloison étanche à l'avant de la soute à voiles de PRB. Le communiqué de PRB raconte: "Après le passage du front cette nuit et des vents atteignant les 35-40 noeuds, Vincent et Hugues ont souhaité faire un tour dans le bateau pour vérifier que ce coup de vent n'avait pas abîmé PRB. Il était 4h30 HF. C'est à cette occasion qu'ils ont découvert que la cloison étanche à l'avant de la soute à voiles était cassée." Et Vincent Riou de préciser: "Elle est défoncée sur deux mètres de long". Contrairement à ce qui se passe sur Cheminées Poujoulat, le bateau ne déplore a priori pas de voie d'eau, les deux marins ayant décidé, au vu de leur position, de mettre le cap sur l'île de Terceira qu'ils espéraient atteindre lundi en fin de journée. Les espoirs de continuer en course sont quasiment nuls, puisque Vincent Riou a expliqué: "Je pense qu'il nous faudrait au moins trois jours pour pouvoir faire la stratification nécessaire et en plus, je n'ai pas le matériel avec moi". Voilà donc un nouveau favori contraint de jeter l'éponge au sein d'une classe Imoca rudement secouée ce week-end par deux passages de front successifs. Au classement, l'Anglais Alex Thomson et l'Espagnol Guillermo Altadil, sur Hugo Boss, continuent de surprendre et de faire la course en tête, avec une courte avance sur Jean-Pierre Dick et Jérémie Beyou (Virbac-Paprec 3), bien revenus dans le coup ce week-end, tandis que plus dans leur sud, Armel Le Cléac'h et Christopher Pratt (Banque Populaire) complètent le podium provisoire.