Riner manque son pari

  • A
  • A
Riner manque son pari
@ Reuters
Partagez sur :

JUDO - Le Français a échoué de peu dans la conquête d'un cinquième titre mondial.

JUDO - Le Français a échoué de peu dans la conquête d'un cinquième titre mondial. La dernière défaite l'avait fait avancer. Celle-ci, concédée en finale des toutes catégories à Tokyo, va encore plus le motiver. Il lui faudra cependant encore un petit peu de temps avant de digérer. Car la déception de s'incliner en finale des Mondiaux était gigantesque. On l'a vu réagir à l'instant de la décision, ne comprenant visiblement pas, filant directement après l'annonc de la sécision. On le verra ensuite pleurer de rage, tête basse sur le podium. Teddy Riner avait fait tous les efforts pour réaliser cet objectif et repartir de Tokyo avec deux médailles d'or autour du cou. Il n'en aura qu'une... Tout avait pourtant parfaitement débuté avec trois succès par ippon face au Congolais Ndibu, au Péruvien Zegarra Presser puis à l'Estonien Padar. Il restait évidemment le plus compliqué à venir, à savoir trois Japonais pour finir sa journée et conquérir un nouveau titre. Hiroki Takahashi a fait le lien entre les deux défis de Riner. Battu difficilement en demi-finale des +100kg, il a cette fois été sèchement éliminé par un Riner affûté et extrêmement motivé. Si Hiroki Tachiyama a fait un petit peu mieux que Takahashi, il a tout de même fini par s'incliner en n'ayant jamais vraiment attaqué (waza ari). Sa revanche l'an prochain à Paris Qualifié pour la finale, Teddy Riner faisait face à Daiki Kamikawa et ses 143 kg. Pas de quoi contrarier le Français qui débute fort, impose sa garde et maltraite le Japonais sans parvenir toutefois à marquer. Il regrettera peut-être ses tentatives en sumi gaeshi (ça l'avait sauvé en +100g devant Takahashi). En face, Kamikawa ne fait rien mais il n'écope d'un shido pour non combattivité que très tard, ce qui sera forcément une source de regret et d'interrogation. Une première tentative à 2 minutes du terme l'aura sans doute sauvé d'une deuxième pénalité et donc de la défaite... Malgré tous ses efforts et quelques mouvements forts, Riner ne marque pas et il faut donc en passer par la prolongation. Une prolongation marquée par le même schéma: à savoir Riner plus haut à la garde, qui semble dominer le combat. Mais cette fois, Kamikawa se montre un peu plus actif avec trois tentatives de balayage dont une très forte. C'est manifestement cette image qui reste dans l'esprit des juges. Après 8 minutes de combat, rien n'est marqué au tableau d'affichage si ce n'est le shido reçu par Kamikawa. 2 juges donnent le Japonais vainqueur contre 1 seul pour Riner. Le Français tombe de très haut et le prend manifestement mal. Il salue à peine et file sans même serrer la main de son adversaire. Sur le podium, il baisse la tête, croise les bras, sans doute fou de rage intérieurement, murmurant "ce n'est pas possible". Une décision qui va lui faire mal avant de la motiver. Car à 21 ans il n'a pas encore fini de martyriser des adversaires qui peuvent être à la fois effrayés par ses qualités hors norme, sa marge de progression et son envie de se surpasser. L'an prochain, rendez-vous est donné à Paris. Et Teddy Riner sera plus fort que jamais...