Rien ne va plus à l'OM

  • A
  • A
Rien ne va plus à l'OM
Partagez sur :

Ligue 1 L'OM a concédé une troisième défaite consécutive, dimanche au Vélodrome face à Monaco (1-2), lors de la 8e journée.

Battu par Valenciennes samedi dernier (2-3), puis par le Real Madrid mercredi en Ligue des Champions (0-3), l'OM a concédé une troisième défaite consécutive face à Monaco (1-2), dimanche au Vélodrome en clôture de la 8e journée de Ligue 1. Grâce à ce succès, l'ASM remonte à la 4e place du classement aux dépens de Marseille, qui compte désormais six points de retard sur le leader lyonnais. L'Olympique de Marseille a connu une semaine particulièrement éprouvante. Battus samedi dernier à Valenciennes (2-3), pour la première fois de la saison, les hommes de Didier Deschamps ont ensuite pris l'eau face au Real Madrid (0-3), mercredi en Ligue des Champions, avant de céder une nouvelle fois face à Monaco (1-2), dimanche au Stade Vélodrome en clôture de la 8e journée de Ligue 1. Une série de trois défaites plus qu'inquiétante pour les Phocéens, qui sont apparus fébriles en défense et maladroits en attaque. Malgré une possession de balle largement supérieure à leurs adversaires (61%), les Olympiens ont manqué cruellement de précision et d'efficacité dans le dernier geste, à l'image de leur première véritable occasion: une frappe pas assez puissante de Lucho Gonzalez (17e), à la suite d'un une-deux avec Hatem Ben Arfa, qui a profité de sa titularisation pour tirer son épingle du jeu dans un rôle de meneur de jeu (17e).A l'inverse, les Monégasques se montrent particulièrement réalistes au cours des quarante-cinq premières minutes. Nenê ouvre le score sur un coup franc excentré, légèrement dévié de la tête par Lucho Gonzalez (0-1, 20e). Sonnés, les Phocéens peinent à réagir et Chu-Young Park, bien lancé dans la profondeur par Alejandro Alonso, prend de vitesse Gabriel Heinze et Souleymane Diawara, puis fusille Steve Mandanda (0-2, 42e). Mamadou Niang à l'occasion de réduire la marque avant le repos, mais adresse un centre trop profond pour Fernando Morientes, alors qu'il était en position de frappe dans la surface (45e). C'est sous les sifflets du public du Vélodrome que les Marseillais regagnent les vestiaires.Les parades de RuffierEn seconde période, Didier Deschamps tente le tout pour le tout en faisant entrer Mathieu Valbuena à la place de Heinze, Stéphane Mbia reculant d'un cran en défense centrale. Mais la réussite n'est toujours pas au rendez-vous. Servi en retrait par Niang, Benoît Cheyrou voit sa frappe échouer sur la transversale de Stéphane Ruffier (65e). Le portier monégasque se montre décisif dans la dernière demi-heure en réalisant deux arrêts arrêt spectaculaires sur une tête à bout portant de MBia (64e) et un tir puissant de Cheyrou (83e). Il ne peut rien en revanche face à Niang, qui profite d'une bonne passe de Ben Arfa, pour réduire le score d'une frappe croisée (1-2, 85e). Malgré une fin de match entièrement à leur avantage, les Phocéens ne parviennent pas à arracher le nul. Monaco, qui a fait un bond de la 8e à la 4e place du classement, ne s'était plus imposé au Stade Vélodrome depuis la saison 2003-2004. Fernando Morientes évoluait à l'époque sous les couleurs du club de la Principauté, alors que Didier Deschamps était assis sur le banc. L'ancien entraîneur de l'ASM doit désormais trouver la solution pour sortir l'OM, cinquième avec six points de retard sur le leader lyonnais, de cette spirale négative.