Rien à faire...

  • A
  • A
Rien à faire...
Partagez sur :

Il n'y a pas eu de match, ce vendredi, entre Rafael Nadal et Gaël Monfils, en quarts de finale du tournoi de Barcelone. Comme lors de ses premières confrontations sur terre battue face au n°1 mondial, le Parisien a été soufflé en deux petits sets (6-2, 6-2). Très concentré, l'Espagnol poursuit sa formidable série sur la surface ocre.

Il n'y a pas eu de match, ce vendredi, entre Rafael Nadal et Gaël Monfils, en quarts de finale du tournoi de Barcelone. Comme lors de ses premières confrontations sur terre battue face au n°1 mondial, le Parisien a été soufflé en deux petits sets (6-2, 6-2). Très concentré, l'Espagnol poursuit sa formidable série sur la surface ocre. 6-3, 6-2 ; 6-2, 6-2 ; 6-1, 6-3. Tel était le bilan, jusqu'alors, de Rafael Nadal lors de ses trois premières confrontations avec Gaël Monfils sur terre battue. Malheureusement pour le Parisien, le numéro 1 mondial est resté dans ses standards ce vendredi, en quarts de finale du tournoi de Barcelone. A aucun moment le n°1 Français n'a réellement existé lors des 75 minutes qu'a duré la rencontre, pliée évidemment en deux manches (6-2, 6-2). Jeudi soir, après sa victoire contre le Colombien Giraldo (6-3, 6-1), Nadal avait prévenu. "Je vais jouer contre l'un des meilleurs joueurs du monde, qui a atteint les demi-finales à Roland-Garros, donc ce sera un match difficile". Autant dire que le Majorquin avait annoncé qu'il serait parfaitement concentré pour ce duel face au n°9 mondial. Généralement, c'est très mauvais signe pour ses adversaires. Monfils l'a d'ailleurs rapidement compris en voyant les premiers coups de fusil sortir de la raquette du quintuple vainqueur de l'épreuve. D'emblée, le match s'installait dans deux filières. L'une, plus rapide, et plus rare, souriait assez souvent au Français lorsqu'il parvenait à enchaîner derrière sa première. L'autre filière, plus longue, tournait irrémédiablement à l'avantage de Nadal. Malgré ses qualités de défenseur redoutable, Monfils était trimbalé de droit à gauche du court par le lift implacable de Nadal, pas du tout gêné par le temps lourd et orageux. Pour sûr, le Parisien en a vu des éclairs... Breaké à 1-1 dans chaque manche, alors qu'il menait à chaque fois 40-0, Monfils a vu les points et les jeux défiler, sans jamais parvenir à inverser la tendance, malgré un léger mieux dans le milieu du deuxième set, aidé par les quelques fautes du Majorquin. Très impressionnant, Nadal, invaincu depuis près de deux ans sur terre battue, continue néanmoins sa route. On voit mal Dodig ou Lopez, ses potentiels adversaires en demi-finale, l'arrêter. Monfils, lui, n'a probablement pas appris grand-chose de cette défaite. Il va maintenant prendre le chemin de Madrid, pour essayer de se rapprocher du Top 8, qui lui ouvrirait toujours un peu plus le tableau à Roland-Garros.