Richert: "Besoin de tout le monde"

  • A
  • A
Richert: "Besoin de tout le monde"
Partagez sur :

A l'heure d'affronter le Metalist Kharkiv jeudi à Bonal en Ligue Europa (0-0 à l'aller en Ukraine) pour le compte du tour de barrages, le portier sochalien Teddy Richert s'attend à une rencontre compliquée. Du fait de l'inexpérience d'un groupe doubiste très jeune, et d'un vestiaire perturbé par les mouvements d'humeur de certains joueurs.

A l'heure d'affronter le Metalist Kharkiv jeudi à Bonal en Ligue Europa (0-0 à l'aller en Ukraine) pour le compte du tour de barrages, le portier sochalien Teddy Richert s'attend à une rencontre compliquée. Du fait de l'inexpérience d'un groupe doubiste très jeune, et d'un vestiaire perturbé par les mouvements d'humeur de certains joueurs. Teddy, comment le groupe sochalien a-t-il vécu le succès à Nancy (2-1), dimanche en championnat ? Ça a été beaucoup de plaisir, parce que c'était après un long déplacement en Coupe d'Europe donc il commençait à y avoir un peu de fatigue. Et puis c'est vrai que les conditions de chaleur à 17h dimanche, ça n'était pas évident, on en a quand même pas mal souffert. On est très heureux, car en championnat on avait pris qu'un point et il fallait faire un résultat pour essayer de remonter un petit peu dans ce classement. On a tout donné, on a essayé de faire le mieux possible pour faire un résultat et on l'a eu. En début de match, on a vu quelques joueurs qui semblaient perdus sur le terrain, comme s'ils ne comprenaient pas la tactique du coach ? En fait on s'attendait à ce qu'en début de match, Nancy vienne nous harceler en sachant qu'il y avait cette fatigue du match de Coupe d'Europe. On s'attendait à une grosse pression et puis finalement on ne l'a pas eu. Ils étaient plutôt en place, à nous attendre et à essayer de nous contrer, ça nous a surpris. On a dès lors décidé de plus construire, de faire tourner le ballon et de jouer de derrière. Comment le départ de Francis Gillot a été vécu par les joueurs ? Quelles sont les différences avec Mécha Bazdarevic en termes d'approche tactique, d'approche humaine ? On savait en fin de saison dernière que le staff partait. Il y a eu les vacances pour digérer. La volonté de Mécha Bazdarevic, c'est de continuer sur les qualités qu'on a pu montrer la saison dernière, dans le jeu, dans l'efficacité, dans la volonté de jouer et d'aller de l'avant. Il y a la même volonté de jeu et de préparation, donc c'est vrai qu'on est dans des conditions idéales pour essayer de continuer sur ce qu'on a fait la saison dernière. "Un effectif qui n'est pas très fourni" On a pu lire que quelques joueurs remettaient en question l'approche tactique de Mécha Bazdarevic, notamment Ryad Boudebouz qui réclamait trois attaquants. Qu'en est-il réellement ? On en a parlé, mais je pense que ça n'est pas ce qu'il a voulu dire. Contre Caen, on s'est retrouvé dans une situation où on a joué long parce que l'on était sous pression et qu'on n'a pas pu ressortir les ballons proprement de derrière. On était obligé de jouer plus long, et puis on n'était pas là dans les duels. Ca n'était pas une remise en cause de la tactique, c'était qu'en allongeant, on n'a pas réussi à jouer notre jeu, et être présent dans les duels. Quel est votre avis sur l'attitude de Maïga et Anin, qui ont refusé de se déplacer à Nancy dimanche dernier ? Nous, on ne se mêle pas trop de cette histoire, car on a des matches importants qui arrivent. Ça impacte sur le groupe car ils ne sont pas là, et que ce sont des joueurs de qualité. Après, leur attitude, il n'y a pas de commentaires à avoir, il y a des gens qui sont là au club pour gérer ces situations. Nous, on est là pour avoir des résultats et gérer nos matches. Après, on a pu discuter avec eux individuellement, ça va rester dans le vestiaire. On espère que ça va vite se résoudre. On a quand même vu que cette situation commençait à agacer certains joueurs, à commencer par Damien Perquis, qui a exprimé son mécontentement au micro de Foot +, après le match dimanche à Nancy... On a besoin de tout le monde. On a beaucoup de matches, on a un effectif qui est pas très fourni. Il y a beaucoup de matches en ce mois d'août qui est très important pour notre saison. Ce jeudi, je n'ai aucune idée s'ils (Maïga et Anin, Ndlr) seront avec nous. "Un groupe très jeune" A l'inverse, vous êtes souvent très élogieux concernant Marvin Martin, lui aussi courtisé par de grands clubs... Il le mérite. Il est concentré sur la compétition, sur ses performances. Je préfère parler de ce genre de comportement qui est exemplaire pour tout le monde. Il est concentré même s'il est sollicité sur les objectifs du club et de l'équipe. Il faut le remarquer. Quel est votre regard sur un groupe sochalien qui apparaît comme étant cruellement inexpérimenté ? Oui, c'est clair qu'on a un groupe très jeune. On n'est que quatre joueurs à avoir disputé avant cette saison au moins un match de Coupe d'Europe... Ça fait très peu. Il y a beaucoup de jeunes qui sont sortis du centre de formation et qui sont dans le groupe depuis deux, trois ans. Et puis des nouveaux cette année, très jeunes. Sur certains postes, on a une petite pénurie, notamment en attaque... ...Des renforts d'expérience ne seraient donc pas de trop ? Tout à fait, on en a déjà parlé. Après, il y a des gens qui sont là pour faire des choix, et saisir des opportunités. On fait avec. Est-ce qu'on peut comparer le Sochaux actuel du Sochaux de 2003-2004, qui tient en respect l'Inter Milan en Coupe de l'UEFA, avec les Frau et Pedretti ? C'est difficile de comparer. Les joueurs sont très différents. C'est vrai qu'on avait quand même beaucoup plus d'expérience à l'époque, il y avait un vécu ou européen ou de matches de Ligue 1, à part deux-trois jeunes comme Pedretti ou Frau qui débutaient. Aujourd'hui, on est beaucoup plus jeune et on manque beaucoup d'expérience. "Une grosse volonté de rentrer dans ces poules" Dans quel état d'esprit abordez-vous le match retour face au Metalist Kharkiv, jeudi ? Est-ce que vous allez jouer la compétition à fond ? C'est certain qu'on calcule le nombre de matches qui arrivent si on se qualifie. C'est vrai que ça pourrait donner un calendrier très fourni. Mais on n'a pas à calculer non plus, il y a une grosse volonté de rentrer dans ces poules, de se qualifier. On va tout donner pour essayer de gagner ce match parce qu'on est dans l'obligation de le gagner avec le 0-0 du match aller. Après, on verra au moment venu si on a la chance de se qualifier, par rapport à la fatigue et par rapport surtout à nos résultats en championnat, parce que la priorité restera le championnat. Mais, c'est vrai que ça peut faire beaucoup de matches et nous rendre le championnat délicat. Quelle impression vous a fait cette équipe du Metalist à l'aller ? Cela va être difficile de se qualifier car c'est une très bonne équipe, qui a de très, très bons joueurs offensivement. Il va falloir faire un très gros match. Ils attaquent en nombre, avec beaucoup de vitesse, donc il va falloir être très solide défensivement, pas se découvrir. Mais aussi, il va falloir prendre des risques pour marquer. Cela ne va donc pas être évident. Sur un plan personnel, où trouvez-vous encore la motivation à désormais 36 ans de continuer l'aventure à Sochaux ? Bientôt 37 ans... (rires) C'est beaucoup de plaisir d'être sur le terrain, de faire ce métier. J'ai la chance de continuer à vibrer, donc j'en profite et je m'éclate tous les jours. Il y a aussi l'envie d'aider les jeunes à gérer des évènements, à gérer des périodes comme actuellement où il y a beaucoup de matches, en insistant sur la récupération notamment.