Richardson: "Apporter une vision à Monaco"

  • A
  • A
Richardson: "Apporter une vision à Monaco"
Partagez sur :

En marge du Trophée des champions, organisé à Monaco, Jackson Richardson a officialisé son engagement avec le club de handball de la Principauté. Alors que l'équipe évolue en Nationale 3, le cinquième niveau national, l'ancien porte-drapeau du handball français, compte apporter son expérience, pour amener l'équipe vers l'élite, dans les 5 à 6 années à venir.

En marge du Trophée des champions, organisé à Monaco, Jackson Richardson a officialisé son engagement avec le club de handball de la Principauté. Alors que l'équipe évolue en Nationale 3, le cinquième niveau national, l'ancien porte-drapeau du handball français compte apporter son expérience, pour amener l'équipe vers l'élite, dans les 5 à 6 années à venir. Jackson, pourquoi ce choix de s'engager avec Monaco ? C'était une rencontre. Ça date personnellement de l'année dernière lors du Trophée des champions. J'ai rencontré des jeunes Monégasques entre deux matches, et j'ai discuté avec eux. Ils m'ont dit "Pourquoi ne pas venir à Monaco, pour lancer le handball ?". Et puis ça a mûri au fur et à mesure. Des gens ont facilité le contact avec les dirigeants de Monaco. Le projet de lancer un projet commun pour lancer le handball à Monaco est arrivé comme ça. A Monaco, les infrastructures sont là, et pour moi c'est un moyen de me relancer dans le handball, trois ans après la fin de ma carrière. Quel sera votre rôle ? Mon rôle n'est pas encore vraiment défini. Dans les échanges que j'ai pu avoir avec Monaco, c'est surtout d'apporter mon expérience. J'ai envie d'apporter une vision. Une vision après mon parcours dans le handball. Je leur ai proposé ça. Pourquoi ne pas former un grand club dans cette région ? L'engouement derrière le handball actuel peut vous aider également... C'est le meilleur moment pour faire la promotion du handball. On a une équipe de France performante, il ne faut pas attendre quinze ans pour le faire. On se sert de cette vague pour surfer dessus. C'est un idéal pour nous. Il y a une envie de Monaco de concourir dans la cour des grands. Y a-t-il l'envie de rechausser les baskets pour tirer quelques penalties cette saison ? Tirer les penalties, je peux le faire à l'entraînement (rires). J'ai pris une décision d'arrêter le handball. Je ne veux pas me lancer et prendre une licence, et forcer la nature. Je n'ai pas envie de m'engager à prendre une licence pour faire un match et me reposer trois mois. Je ne veux pas tricher avec moi-même, car quand on triche avec soi-même, en général, on triche avec les autres. Ce que j'ai envie c'est de faire vivre ma passion et mon expérience. C'est un projet un long terme. On va y aller petit à petit, sans griller les étapes. Le club est en Nationale 3 ,vous allez découvrir le handball amateur... Pas du tout. Moi je ne suis pas né dans le handball professionnel. Je viens de La Réunion, je connais ce niveau. Je suis toujours en contact avec mon club formateur. Je sais ce qu'est ce genre de niveau. Même si on est dans l'élite, ce n'est pas nous qui faisons vivre le handball, ce sont les amateurs. Y aura-t-il un lien entre La Réunion et Monaco ? On ne va pas forcer les choses. L'objectif c'est déjà de m'imprégner ici. Tout à l'heure, j'avais déjà du mal à me repérer dans la salle (rires). Le plus important pour moi, c'est de m'imprégner de l'environnement handball de Monaco, avant de se projeter trop vite. J'ai envie de découvrir les dirigeants, les joueurs, et le club. J'ai envie d'enlever cette barrière du handballeur de niveau mondial. Je suis Jackson Richardson, et je suis là pour accompagner Monaco vers la montée.