Ricco : "le cyclisme me fait vomir"

  • A
  • A
Ricco : "le cyclisme me fait vomir"
@ REUTERS
Partagez sur :

CYCLISME - A nouveau soupçonné de dopage, Riccardo Ricco a décidé de mettre fin à sa carrière.

Quelle drôle de trajectoire que celle de Riccardo Ricco. Présenté comme le nouveau Pantani, doté d'un coupe de pédale aérien, "le Cobra", comme il fut surnommé en raison de la fulgurance de ses attaques, annonce samedi la fin de sa carrière dans la Gazzetta dello sport à l'âge de 27 ans seulement.

A peine revenu d'une suspension de 20 mois pour dopage à l'EPO Cera, l'ancien leader de la Saunier Duval a dû être hospitalisé d'urgence le 6 février dernier après un malaise causé par une autotransfusion mal pratiquée. Faux, argumente Ricco, qui, après ce nouvel épisode, se trouve de facto sous la menace d'une suspension à vie de la part de l'Union cycliste internationale (UCI).

"Je ne me souviens de rien"

"Ce n'est pas un cas de dopage, je n'ai pas été reconnu positif, mais on m'a déjà jugé", s'irrite Ricco. "La sentence, vous l'avez déjà prononcée vous (les journalistes, ndlr)." Admis d'urgence à l'hôpital de Pavullo pour un blocage rénal, Ricco avait avoué à un médecin s'être injecté son propre sang, qu'il conservait dans son frigo depuis 25 jours.

Mais, désormais, l'Italien nie tout en bloc. "Ce sont des phrases inventées", explique-t-il. "Ils disent que j'ai parlé, mais moi je ne me souviens de rien". Ricco précise n'avoir de souvenirs qu'à compter du "jour suivant" son hospitalisation.

"Je vais faire barman"

Remonté contre le personnel médical - "ils m'ont sauvé la vie ? Vraiment pas" dit-il à propos des docteurs de l'hôpital de Pavullo -, l'Italien l'est également contre le monde du cyclisme en général. "Je n'ai plus de problème de santé, et je refais même du vélo. Mais je ne veux plus recourir. Pour rien au monde. J'ai tourné la page, le monde du cyclisme me fait vomir, tous ceux qui y sont me dégoûtent."

Ricco souhaite désormais tourner la page. "L'important est d'avoir la conscience tranquille", souligne-t-il. "Je vais faire barman, ça m'a toujours plu. Je préfère être ouvrier à mille euros (que coureur professionnel), il y a moins de soucis." Les soucis, Ricco pourrait en avoir dans les semaines qui viennent. Outre une suspension à vie, il risque également une peine de 3 mois à 3 ans de prison.