Ribéry, histoire d'un retour

  • A
  • A
Ribéry, histoire d'un retour
Partagez sur :

Rappelé en équipe de France par Laurent Blanc pour la première fois depuis la Coupe du monde, au même titre que Patrice Evra, Franck Ribéry a fait son retour à Clairefontaine dimanche soir avant de renouer le contact avec la presse française lundi. Récit de 24 heures forcément un peu spéciales pour le joueur du Bayern Munich.

Rappelé en équipe de France par Laurent Blanc pour la première fois depuis la Coupe du monde, au même titre que Patrice Evra, Franck Ribéry a fait son retour à Clairefontaine dimanche soir avant de renouer le contact avec la presse française lundi. Récit de 24 heures forcément un peu spéciales pour le joueur du Bayern Munich. "J'avais oublié cette odeur, cette ambiance." Franck Ribéry est de retour à Clairefontaine et apparemment, ça lui avait manqué. Forcément un peu tendu au moment de renouer enfin avec les médias français, ce lundi après-midi, le Boulonnais s'est d'abord exprimé par le biais d'un communiqué transmis aux journalistes et qu'il a lu en partie avant de répondre aux questions. Exprimant son souhait de faire table rase du passé, le milieu tricolore a joué le jeu de la conférence de presse entre mea culpa et amertume envers les journalistes qui l'avaient critiqué. Un retour à la fois attendu et redouté par le milieu du Bayern qui s'est finalement passé en douceur. Alors que le rendez-vous était fixé ce lundi à 11h30 pour les 23 joueurs sélectionnés pour affronter le Luxembourg vendredi et la Croatie mardi, la star munichoise est arrivée dès dimanche soir au Centre Technique National Fernand-Sastre (CTNFS) pour y retrouver le staff technique et médical des Bleus, répondant ainsi favorablement à l'invitation de Laurent Blanc. Sûrement l'occasion pour le sélectionneur de préparer en douceur ce retour. S'ils ont regardé ensemble le Clasico OM-PSG, les deux hommes n'ont toutefois pas profité de l'occasion pour discuter selon le "Président". "J'étais allé le voir il y a quatre mois. C'est la première fois que je le voyais personnellement. C'est à ce moment-là que nous avons eu une longue explication, a confié le sélectionneur. Je l'ai ensuite vu lors du match contre l'Inter (en huitièmes de finale de la Ligue des champions) , on a pu encore échanger. Après, à un moment donné, lorsque vous avez dit ce que vous avez à dire, ce n'est plus la peine d'en rajouter." Sagna et Diarra ravis Si les conditions de ce retour avaient apparemment été fixées en amont entre Franck Ribéry et son sélectionneur, reste à savoir qu'elle a été la réaction de ses coéquipiers. "On l'a accueilli avec un grand sourire, car ça faisait pas mal de temps qu'on ne s'était pas croisé, a expliqué Bacary Sagna. Je l'ai trouvé plutôt détendu, on sentait qu'il avait envie de montrer qu'il était heureux d'être là. C'est quelqu'un que j'apprécie et qui est apprécié par tout le groupe." Même son de cloche de la part d'Alou Diarra, le deuxième Tricolore à s'être présenté lors de ce point-presse. Tout semble donc aller pour le mieux dans le meilleur des mondes dans la maison bleue et Knysna n'est plus qu'un mauvais souvenir. Mais les beaux discours vont-ils résister à la réalité des faits ? Revenu sur la pointe des pieds en Bleu, Franck Ribéry va-t-il trouver sa place sur le terrain et en dehors au sein de l'équipe de France version Laurent Blanc ? Parviendra-t-il à renouer le dialogue avec Yoann Gourcuff, à qui il a plus ou moins reproché de n'être pas intervenu devant la presse pour démentir leurs prétendues mauvaises relations ? En grande discussion avec Karim Benzema et Yann M'Vila au moment de rejoindre l'un des terrains d'entraînement de Clairefontaine lundi en début de soirée, le joueur du Bayern Munich a fait son entrée sous les applaudissements et les acclamations des enfants composant le public. Mais en sera-t-il de même mercredi prochain au Stade de France face à la Croatie, en éliminatoires de l'Euro 2012 ? Si Franck Ribéry a retrouvé le groupe France, le chemin semble encore long pour l'ancien Marseillais avant de reconquérir le public.