Rezaï: "Un gros challenge"

  • A
  • A
Rezaï: "Un gros challenge"
Partagez sur :

Retenue par Nicolas Escudé pour jouer en simple samedi contre l'Espagne, dans le cadre des barrages de la Fed Cup, Aravane Rezaï ouvrira le bal contre Anabel Medina Garrigues sur la terre battue de Lérida. La Stéphanoise, satisfaite d'avoir pu bien s'entraîner toute la semaine, espère retrouver un niveau de jeu correct ce week-end pour aider les Françaises à rester dans l'élite mondiale.

Retenue par Nicolas Escudé pour jouer en simple samedi contre l'Espagne, dans le cadre des barrages de la Fed Cup, Aravane Rezaï ouvrira le bal contre Anabel Medina Garrigues sur la terre battue de Lérida. La Stéphanoise, satisfaite d'avoir pu bien s'entraîner toute la semaine, espère retrouver un niveau de jeu correct ce week-end pour aider les Françaises à rester dans l'élite mondiale. Aravane, vous voilà sélectionnée pour jouer en simple samedi. Ce n'était pas forcément acquis il y a encore quelques jours... Oui, c'est vrai que cela fait quelque temps que je n'ai pas eu de très bons résultats. C'est pour moi un gros challenge. Cette semaine, j'ai pu m'entraîner tous les jours, alors que je n'avais pas eu d'entraînements réguliers ces derniers mois. C'est vraiment la première semaine où j'ai pu m'entraîner autant, avec une bonne structure. J'ai prouvé au capitaine et à l'équipe que j'étais capable de relever le challenge et d'être prête pour samedi. Avez-vous retrouvé des sensations que vous n'aviez pas eues depuis un moment ? Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas entrainée avec ce rythme-là. J'étais bien entourée, bien motivée. C'était le plus important. Ce qui fait qu'aujourd'hui je me sens plus en confiance. Les entraînements se passent mieux. Tout va bien, psychologiquement, physiquement, les sensations reviennent progressivement et que je pense que je vais être prête pour demain. Avoir un staff aux petits soins pour vous, cela va certainement aussi vous aider à repartir ? Oui, le fait d'avoir eu ma première sélection à Francfort l'année passée en Fed Cup m'a vraiment aidée pour les semaines suivantes, pour la saison sur terre. J'espère avoir le même déclic cette année, prendre mon envol et avoir de bons résultats par la suite. Mais pour l'instant, le plus important, c'est vraiment la Fed Cup et ce premier match. On a toutes le même objectif : gagner la rencontre. Peu importe qui est sélectionné, l'objectif, c'est de gagner. "Nous battre jusqu'au dernier point" Vous allez affronter Anabel Medina Garrigues. Vous la connaissez bien ? Oui, je la connais bien, c'est une joueuse qui est depuis très longtemps sur le circuit. Je sais que l'Espagne est une équipe qui dégage beaucoup de hargne. Les Espagnoles veulent vraiment gagner cette rencontre de barrage, mais nous sommes soudées. Nous nous sommes bien entraînées. On va leur montrer que nous sommes motivées et que nous allons nous battre jusqu'au dernier point. L'expérience des barrages précédents peut-elle vous aider pour cette rencontre ? Oui, on a effectivement une expérience en barrage et je pense que c'est important de faire face à ce type de pression. On a un peu l'habitude de ces barrages. C'est malheureusement la réalité ! On aurait bien sûr préféré être en demi-finale ! Mais cette pression peut jouer en notre faveur et toute l'équipe va nous encourager pour faire face. Etes-vous heureuse de porter à nouveau le maillot de l'Equipe de France ? Vous aviez eu l'année dernière à Francfort des émotions très positives. Oui l'année passée, c'étaient de très bonnes émotions, très fortes et j'étais touchée de jouer pour l'équipe de France et de représenter la France. Je n'ai pas pu jouer lors du premier tour, cette année, à Moscou contre la Russie, pour des raisons personnelles, mais aujourd'hui j'en suis capable. Je veux donner le meilleur de moi-même pour que les filles de l'équipe soient fières de moi et que je puisse gagner cette rencontre.