Rezaï n'y arrive plus

  • A
  • A
Rezaï n'y arrive plus
Partagez sur :

Fortunes diverses pour les deux meilleures joueuses françaises au 1er tour de l'Open d'Australie. Quelques heures après la victoire pour le moins expéditive de Marion Bartoli contre Tathiana Garbin (6-0, 6-0), Aravane Rezaï, sa dauphine sur le plan national, s'est inclinée contre la Tchèque Barbora Zahlavova Strycova (6-0, 3-6, 7-5).

Fortunes diverses pour les deux meilleures joueuses françaises au 1er tour de l'Open d'Australie. Quelques heures après la victoire pour le moins expéditive de Marion Bartoli contre Tathiana Garbin (6-0, 6-0), Aravane Rezaï, sa dauphine sur le plan national, s'est inclinée contre la Tchèque Barbora Zahlavova Strycova (6-0, 3-6, 7-5). Au regard du classement WTA, c'est la plus grosse de surprise de cette première journée de l'Open d'Australie. Elle concerne l'une des représentantes françaises, l'une des rares à qui on pouvait prêter de rares ambitions dans ce premier tournoi du Grand Chelem de la saison. Malheureusement pour elle, Aravane Rezaï ne verra même pas le deuxième tour à Melbourne. Quelques heures seulement après la victoire sans appel de Marion Bartoli contre Tathiana Garbin (6-0, 6-0 !), la n°2 Tricolore s'est inclinée contre la Tchèque Barbora Zahlavova Strycova, en trois manches (6-0, 3-6, 7-5). "C'est évidemment une énorme déception de perdre d'entrée", a déclaré Aravane Rezaï. "Je n'ai pas le droit d'offrir un set (le premier, ndlr) à ce niveau. Je ne dois pas être un diesel. Sur la fin, elle a très bien joué, elle a été intelligente. Ce n'est pas la fin du monde malgré les changements dans ma structure, ma préparation hivernale a été identique à 2010. Ça va porter ses fruits", assure-t-elle. 22e joueuse mondiale ce lundi selon le classement WTA, la Française est à l'heure actuelle la joueuse la mieux classée à être sortie par la petite porte en Australie, qui plus est contre une adversaire qui ne dépasse pas le 63e rang mondial. En panne de résultats depuis juillet Mais c'est à l'image des six derniers mois de Rezaï, qui n'arrive pas à confirmer son nouveau statut. Numéro un française pendant quelques semaines, depuis son titre à Bastad début juillet, le deuxième de l'année 2010 après son éclatante victoire à Madrid, la Stéphanoise n'est parvenue à dépasser le 2e tour d'un tournoi qu'à une seule reprise, à Palerme. C'était en juillet, aussi. En septembre, Rezaï avait décidé de se séparer de son entraîneur Patrick Mouratoglou, sans parvenir à infléchir sa courbe de résultats. 2011 avait pourtant bien commencé pour Rezaï, qui avait débuté par une victoire de prestige contre une joueuse du Top 10, Jelena Jankovic (7-5, 2-6, 6-3), à Sydney. Mais la rencontre suivante, perdue contre la jeune Bojana Jovanovski (7-6, 7-6), était visiblement une mauvais augure.