Revol: "Le rugby jouit d'une très bonne image" (Europe 1)

  • A
  • A
Revol: "Le rugby jouit d'une très bonne image" (Europe 1)
Partagez sur :

A quelques jours de la finale de Top 14 qui opposera Perpignan à Clermont samedi, Pierre-Yves Revol, président de la Ligue nationale de rugby, a dressé un état des lieux de l'ovalie en France sur l'antenne d'Europe 1 Sport. Le dirigeant français s'est également confié sur les évolutions du règlement du championnat de France pour la prochaine saison.

A quelques jours de la finale du Top 14 qui opposera Perpignan à Clermont samedi, Pierre-Yves Revol, président de la Ligue nationale de rugby, a dressé un état des lieux de l'ovalie en France sur l'antenne d'Europe 1 Sport. Le dirigeant français s'est également confié sur les évolutions du règlement du championnat de France pour la prochaine saison.Avant la grande messe du rugby français qui dira qui de Perpignan ou de Clermont soulèvera le Bouclier de Brennus samedi, Pierre-Yves Revol, président de la Ligue nationale de rugby, s'est réjoui, aux micros d'Europe 1 Sport, du succès de popularité de son sport dans l'Hexagone. "On observe plusieurs indicateurs positifs comme la fréquentation des stades qui a connu une progression de 11% par rapport à la dernière saison. Les audiences télé sont elles aussi à la hausse avec 30% d'augmentation. Cela va dans le sens de certaines études qui montrent que le rugby jouit d'une très bonne image. Mais il ne faut pas se reposer sur ses lauriers et poursuivre le travail", a déclaré le dirigeant français."Valoriser les joueurs formés sur le territoire national"L'occasion également pour le représentant de la LNR de justifier les nouvelles dispositions récemment apportées au règlement du Top 14 comme l'instauration de quotas de joueurs étrangers. "On cherche à valoriser les joueurs formés sur le territoire national. En 2002, le nombre de représentants étrangers était de 12%, ce chiffre est passé à 40% cette saison", a-t-il affirmé.D'autres mesures visent elles à éviter le développement d'un rugby professionnel à deux vitesses. "La santé des clubs est diverse dans le Top 14. Certains clubs jouissent d'une situation assez confortable, et d'autres ont plus de difficultés à suivre le rythme. Il nous faut faire de la prévention, c'est aussi le but de la limitation de la masse salariale. Il ne s'agit pas de brider les meilleurs clubs mais de veiller à l'homogénéité dans le top 14 afin qu'il reste un championnat compétitif", a conclu Pierre-Yves Revol.