Retour sur terre pour les Bleus

  • A
  • A
Retour sur terre pour les Bleus
Partagez sur :

RUGBY- Surclassés par les All Blacks, les Bleus doivent comprendre les raisons de cet échec pour ne pas briser la dynamique actuelle.

Le XV de France a terminé sa tournée de novembre sur une fausse note. Combatifs face à l'Afrique du Sud (20-13), joueurs face aux Samoa (43-5), les Tricolores ont pris l'eau face à la Nouvelle-Zélande (12-39), samedi à Marseille. Reste désormais à tirer les enseignements de cette lourde défaite.Après deux ans de tâtonnements, au cours desquels il a procédé à une large revue d'effectif, Marc Lièvremont semblait enfin avoir trouvé la bonne formule pour le XV de France. S'appuyant sur ce qui ressemblait fort à une équipe-type, le sélectionneur tricolore et son staff avaient en effet eu la joie mi-novembre à Toulouse de voir leurs joueurs prendre le dessus sur les champions du monde sud-africains (20-13). Une performance appréciée à sa juste valeur et confirmée le week-end suivant au Stade de France par un festival offensif face aux Samoa (43-5).Mais samedi dernier au Stade Vélodrome, les Bleus ont volé en éclat face à la Nouvelle-Zélande (12-39). Emmenés par un Richie McCaw et un Dan Carter étincelants, les All Blacks ont, il est vrai, signé l'une de leur plus belle performance depuis plusieurs mois, et les Tricolores, qui ont peut-être péché par excès de confiance, n'ont jamais vraiment semblé être en mesure de les inquiéter. La preuve, ils n'ont pas marqué le moindre essai.Lièvremont: "On va se retrousser les manches"Pour Marc Lièvremont, interrogé au micro de Pascal Normand pour Europe 1, ces joueurs ont pris une leçon, mais il ne cherche pas à les accabler: "On sait garder la tête froide et relativiser quand ça marche. Pointer du doigt nos erreurs, quand ça marche. Par contre, quand on se casse la gueule d'une part on l'assume et d'autre part on ne va pas non plus tout brûler, car vraiment j'ai la conviction qu'il y a des choses intéressantes qui se passent dans la construction de ce groupe et dans la mise en place de son rugby. On va se retrousser les manches. On garde les pieds sur terre, car il y a beaucoup de boulot. On a pris une leçon de rugby, mais on croit au potentiel de ce groupe et à sa marge de progression". Le pilier tricolore Fabien Barcella note quant à lui "l'écart" qu'il y avait entre les deux équipes et "le travail à réaliser" pour le combler, même s'il tire tout de même un bilan positif de cette tournée, "au niveau de la cohésion collective et de l'état d'esprit". Des vertus à confirmer lors des échéances à venir, le Tournoi des VI Nations 2010 et la Coupe du Monde 2011 qui se déroulera... en Nouvelle-Zélande.